Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.

















Redonner en partageant un peu de son histoire…

Bonjour, je suis Nancy, bénévole pour le Service de jumelage téléphonique de la Fondation québécoise du cancer depuis déjà 16 ans. J’ai eu l’idée de m’impliquer tout simplement pour redonner au suivant. En 1999, à seulement 23 ans, j’ai eu la maladie de Hodgkin, soit le cancer des ganglions, de stade 3. Lors de l’annonce de mon diagnostic, l’hématologue avait eu la gentillesse de me mettre en contact avec sa prochaine patiente, une survivante du même type de cancer, mais de stade 4. Quelques jours plus tard, elle et moi avons prévu un rendez-vous pour pouvoir discuter plus longuement. Cette rencontre constitue un tournant majeur dans mon cheminement vers la guérison. J’avais devant moi une femme de mon âge, ayant été atteinte du même cancer que moi, à un stade plus avancé, qui était maintenant en rémission et en pleine forme. À ce moment, j’ai vite su que si elle était en voie d’être guérie, eh bien MOI AUSSI je pouvais guérir. Tout à coup, le mot cancer n’était plus synonyme de mort, et le mot ESPOIR faisait surface. Je me suis ensuite donné comme mission de faire naître ce mot ESPOIR dans la tête de tous les jeunes ayant comme moi un diagnostic de cancer dans la vingtaine ou la trentaine.

Le fait de m’impliquer me rappelle à tous les jours la chance que j’ai d’être guérie, d’être en pleine forme, d’avoir un travail que j’aime, un mari que j’aime et deux beaux enfants que j’adore. Tout ça, 18 ans après la maladie! C’est une façon pour moi d’exprimer toute ma gratitude envers la vie et me faire un petit rappel de toujours garder ma bonne routine (sommeil, alimentation, sport) pour pouvoir atteindre mon objectif de vivre jusqu'à 110 ans. Parfois la vie va vite et on oublie nos bonnes habitudes, chaque jumelage me rappelle de revenir à l’essentiel.

Je laisse souvent mon courriel aux gens pour qu’ils puissent me contacter au besoin après la fin du jumelage. J’ai souvent de belles surprises et de beaux témoignages quelques mois plus tard pour m’annoncer la guérison. Dernièrement, une femme m’a écrit après deux ans pour me remercier du soutien que je lui avais apporté lorsque son conjoint avait un cancer. Même si le pronostic initial était plutôt sombre, elle voulait m’annoncer la rémission de son conjoint et leurs nouveaux projets. Ce courriel m’a beaucoup émue. Ça fait chaud au cœur de savoir que j’ai pu, avec mon témoignage, mettre un peu de soleil dans la vie des gens même si ce n’est que pour un court instant.

Il est tout simplement normal pour moi de redonner cet espoir souvent perdu lors de l’annonce d’un diagnostic, et de crier haut et fort qu’il peut exister une vie après un cancer! Je termine en vous rappelant un dicton qui a une grande signification à mes yeux « tant qu’il a de la vie, il y a de l’espoir ».
 

Gratuitement et en toute confidentialité, confiez-vous

Tout comme l’exprime si bien Nancy, que vous soyez atteint ou que vous accompagniez un proche, il peut s’avérer très bénéfique d’échanger avec une personne qui a traversé la même épreuve que celle que vous vivez actuellement. N’hésitez pas à composer le 1 800 363-0063 pour participer à notre jumelage téléphonique.

Devenez bénévole en relation d’aide

Vous avez été touché par le cancer et souhaitez, tout comme Nancy, accompagner une personne qui traverse présentement cette épreuve? La Fondation québécoise du cancer est toujours à la recherche de bénévoles. Communiquez avec Mme Susan Bouchard au 1 800 363-0063 ou à sbouchard@fqc.qc.ca.
 

Réagissez à cet article