Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.
Marie-Claire Ménard


Je suis devenue bénévole de la Fondation québécoise du cancer en Estrie par hasard. Il y a un peu plus de 10 ans, une annonce parue dans le journal local a capté mon attention. C’était une invitation à prendre part à un dîner spaghetti pour souligner la fin des traitements d’une personne qui a été atteinte de cancer. Je m’étais sentie interpellée même si je ne la connaissais pas. J’avais envie d’offrir mon soutien et de me joindre aux célébrations avec quatre de mes amies. Mes parents et moi-même avons été touchés par le cancer, alors je savais très bien ce que cela signifiait.
 
Sur place, j’ai fait la connaissance du coordonnateur des bénévoles du Centre régional et Hôtellerie de l’Estrie. C’est ainsi que j’ai pu découvrir tout ce que la Fondation faisait pour adoucir le quotidien des personnes atteintes de cancer. J’ai voulu m’y impliquer et faire une différence pour tous ces gens qui vivent des moments difficiles.
 
J’ai débuté en prenant part à la campagne de financement Nutri-Sac. Tout en poursuivant mes engagements dans la collecte de fonds, je suis devenue bénévole à la réception du Centre régional. Tous les mardis, j’accueille avec bienveillance les nouveaux résidants de l’Hôtellerie. Je m’assure de les rendre bien à l’aise et je leur fais visiter les lieux. Je prends aussi plaisir à dîner à la cafétéria de l’hôpital avec plusieurs de nos résidants. L’heure du repas est un moment de détente propice aux échanges et aux confidences. Je vis alors un moment privilégié avec des personnes qui traversent une dure période de leur vie.
 
Ce que j’aime le plus dans le bénévolat que je fais chaque semaine à la Fondation, c’est le contact avec les gens. Je m’amuse avec eux et j’aime surtout les faire rire. Si vous saviez comment l’humour peut calmer le petit hamster qui roule sans cesse dans notre tête! Bien des situations peuvent être désamorcées ainsi.
 
Ce mois-ci, mon engagement à la Fondation prendra une nouvelle forme. Je serai présente dans les aires communes pour tendre une oreille attentive à nos résidants afin de leur apporter soutien et réconfort. J’ai bien hâte de les rencontrer et de partager ma bonne humeur avec eux. Je sais que ma présence leur fera du bien, mais ce qu’ils ne savent pas, c’est qu’ils m’en feront tout autant, sinon plus.
 
Si vous souhaitez, tout comme moi, vous engager auprès de la Fondation québécoise du cancer en tant que bénévole, cliquez ici.

Réagissez à cet article