Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.








Le décès d’un grand ami d’un cancer du cerveau a chamboulé ma vie. La première chose que j’ai faite après les funérailles, c’est d’effectuer une recherche Internet pour voir ce que je pouvais faire pour apporter mon soutien à ceux qui font face à cette maladie.

La Fondation québécoise du cancer m’a interpellée avec son activité-bénéfice Compostelle en tandem. Je voulais vivre l’expérience de ce chemin mythique depuis un moment, mais n’avais jamais pris la décision. Cette fois, c’était la bonne.

Du 19 septembre au 4 octobre, j’ai fait partie du groupe hébergé en auberges. Toute une expérience! L’expérience d’une vie, que je n’oublierai jamais.

Mes enfants, de grands ados, et mes amis m’ont trouvé complètement folle d’y participer. Mais à ce moment, personne n’aurait pu me dissuader de le faire. C’était pour y retrouver un sens à ma vie, mais aussi une question de faire ma part envers ceux qui sont touchés par le cancer, de près ou de loin, comme ce fût le cas pour moi.

Une fois que j’eus partagé ce nouveau projet à mon entourage, tout le monde a tenté de me soutenir d’une quelconque façon. Même mon entraîneur de gym a organisé un souper spaghetti, pizza et vin et amassé 1 300 $! Comme quoi tout le monde se sent concerné par le cancer.
Mon expérience ne fût pas des plus reposantes, mais la magie a opéré tout au long du chemin de Compostelle. Que ce soit les fous rires avec le reste du groupe, l’appui fantastique de nos accompagnatrices, les paysages magnifiques ou l’apaisement de mon esprit.

Tout au long de ma route, j’ai pris des décisions. Je ne me sentirai plus coupable pour tout et pour rien, je serai plus attentive à ce qui se passe à l’extérieur de ma propre personne. Ça a aussi instauré une nouvelle routine dans ma vie. Depuis mon retour, je prends plaisir à m’entraîner chaque jour.

Je le ferais de nouveau, sans hésiter. Demain matin! Pour donner au suivant et parce que j’en suis revenue transformée, positivement. 

Lisa Mercier

Réagissez à cet article