Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.

J’ai subi une première chirurgie du sein à la suite d’un diagnostic de cancer, en octobre 2015. Puis, j’ai été réopérée en décembre 2015 car il y avait une infection.

Après ces deux chirurgies, mon sein est resté enflé à cause d’une inflammation. Ça me faisait très mal. C’était vraiment pénible. En plus, je faisais de l’arthrite, ce qui augmentait la douleur. J’avais donc besoin qu’on soulage ma souffrance. À l’hôpital, on m’a recommandé de faire de la massothérapie.

J’ai bénéficié de soins de massothérapie tout au long de mes séances de chimiothérapie et de traitements ciblés, directement à l’hôpital, car tous ces traitements me causaient de grosses pressions dans la tête, et augmentaient considérablement les douleurs rhumatismales. Ça me faisait beaucoup de bien, pas juste physiquement mais aussi émotionnellement. J’avais quelqu’un à qui parler. Quelqu’un qui m’écoutait. Je me sentais moins seule. Car il y a des limites à se plaindre à ses amies. La maladie fait peur. C’est donc difficile d’en parler avec son entourage. Surtout que les amis se font plus discrets.
 
Une fois la chimiothérapie, les traitements ciblés, et la radiothérapie terminés, j’ai continué à bénéficier de soins de massothérapie, mais cette fois, dans les locaux de la Fondation québécoise du cancer à Montréal. Comme les douleurs persistaient et l’inflammation aussi, les massages m’étaient indispensables!

La Fondation québécoise du cancer m’a aussi donné accès à de la littérature sur la maladie. On me l’envoyait par courrier de Québec. Je n’ai pas eu besoin de me déplacer. Ainsi, j’étais mieux outillée sur ma condition et mieux informée sur les symptômes et les traitements. En plus, cette littérature était source de conseils judicieux. Je me sentais moins victime de ce qui m’arrivait, et plus en contrôle.

Grâce à la Fondation, j’ai également bénéficié de l’aide de Madame Nicole Morin, infirmière de l’équipe Info-cancer. Cette femme m’a permis de calmer mon anxiété. Elle était très rassurante. Toujours à l’écoute. Et surtout elle comprenait les douleurs et les émotions que je vivais. Avec elle, je pouvais être moi-même. Vivre mes émotions sans jugement. Vivre mon besoin de me plaindre. Ça ne guérit pas de parler mais ça aide à supporter la douleur. Et quand on est apaisé émotionnellement, on dort mieux. 
 
J’aimerais vraiment souligner la générosité des intervenantes. Leur sensibilité aussi. La grande qualité de leur formation. Le service qu’elles offrent va bien au-delà de leur mandat! Les intervenantes s’adaptent à la personne à laquelle elles s’adressent, et elles savent trouver les mots qui réconfortent. 
 
Je me suis vraiment sentie respectée dans mon vécu de la maladie, respectée dans ma personnalité et la personne que je suis face à la maladie. Et surtout, à aucun moment, je n’ai senti de la condescendance de la part des intervenants d’Info-cancer. Ce service est vraiment essentiel!

Je suis remplie de reconnaissance et je remercie un millier de fois la Fondation québécoise du cancer de m’avoir accompagnée tout au long de ma maladie et aussi pendant mon lent rétablissement.

Jeannette Côté
 

Réagissez à cet article