Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.

« Si quelqu’un peut témoigner des bienfaits d’un massage sur fauteuil pour les personnes en chimiothérapie, et même pour leurs proches, c’est bien moi. »​

C’est l’infirmière qui vous le dit, mais aussi la maman. Car la vie a voulu que je doive recevoir mon propre fils de 19 ans sur l’étage d’oncologie où je travaille, à l’Hôpital de Sorel.

Lui qui avait toujours été très enjoué, le cancer l’avait littéralement transformé. Il avait beaucoup de peine et de colère, donc beaucoup de mal à relaxer. Et pour en rajouter, il était très malade pendant les traitements.

Mais un jour, la Fondation québécoise du cancer est arrivée dans nos vies.

L’Hôpital allait accueillir une massothérapeute spécialisée en oncologie pour offrir des massages gratuits sur fauteuil à nos patients. Je ne vous cacherai pas notre joie, à mes collègues et à moi! Nous étions ravis car nous savions à quel point ce service allait être apprécié.

C’est pourtant la maman en moi qui en a ressenti les bienfaits les plus profonds.

J’ai vu une différence dès le premier massage : mon fils était plus calme, plus apaisé. Il a même réussi à se reposer le reste de la journée, ce qui n’était pas arrivé depuis le début de ses traitements.

Comme mon fils, les autres patients sont aussi plus détendus et relaxés. C’est comme si, même des heures après le massage, ils n’avaient pas quitté leur petit nuage. Et qui dit plus détendu dit moins de tensions et moins de douleurs.

Mon souhait d’infirmière? Que tous les Québécois en chimiothérapie puissent recevoir, s’ils le souhaitent, ces massages sur fauteuil pendant leurs traitements. Mon souhait de maman? Que tous les jeunes atteints d’un cancer puissent recevoir le soutien que leur mère ne pourra jamais, à elle seule, leur apporter.

Dans les deux cas, je sais que je peux compter sur la Fondation québécoise du cancer et sa communauté, dont vous faites partie.

 

Réagissez à cet article