Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.
Dolorès P.

Exprimer ses émotions grâce à l’art

La vie fait parfois drôlement les choses… L’an dernier, à l’âge de 73 ans, on m’a diagnostiqué un cancer du sein trois jours seulement avant que j’enterre ma fille, qui venait de mourir du même type de cancer, mais à 42 ans.

On tombe de haut quand le diagnostic nous arrive. Encore plus quand on a vu sa propre fille lutter pendant 10 ans contre cette maladie sournoise… Pour tout dire : j’aurais changé de place avec elle.

C’est une amie qui m’a parlé des services qu’offre la Fondation québécoise du cancer dans ma région. Au départ, j’y suis allée pour le service de massothérapie. On m’a alors proposé l’art-thérapie. J’étais un peu craintive parce que je ne me considère pas comme une artiste! Mais justement, l’art-thérapie, c’est avant tout de la thérapie.

Je ne m’en suis pas rendu compte sur le coup, mais je gardais tout à l’intérieur. En fait, j’étais révoltée ! Même si j’avais subi une opération et des traitements de radiothérapie, avec ma famille, je continuais de faire comme si tout allait bien. Je performais; j’étais une super grand-maman ! Avec du recul, je vois bien que j’aurais éclaté si je n’étais pas allée chercher de l’aide.
Au début, je ne savais pas trop à quoi m’attendre de l’art-thérapie. Mais dès que j’ai été en compagnie de l’art-thérapeute, je me suis sentie bien. Elle m’a demandé de faire un dessin d’une personne qui cueille une pomme dans un arbre. Ce qu’elle a vu était très révélateur de mon état d’âme. J’ai compris que les dessins parlent et que moi-même, j’avais un énorme besoin de verbaliser ce que je ressentais.

Il faut pouvoir digérer « l’indigérable », et ça ne se fait pas sans soutien. Avoir la chance de s’exprimer lors de ces rencontres, de pouvoir sortir la boule qu’on a au creux de notre ventre, c’est une occasion inespérée de s’arrêter et de se centrer sur soi-même. Chaque fois, j’en ressors sereine. Je reviens chez moi détendue.

J’ai à pardonner à la vie. J’ai des petits-enfants qui comptent sur leur grand-maman. Je compte bien être présente. J’espère qu’en partageant mon expérience, je convaincrai d’autres personnes qui combattent un cancer de profiter de ces services qui sont si bénéfiques.

Dolorès P. participe à l’atelier d’art-thérapie de la Fondation, en Mauricie, depuis le mois d’août.

L’art-thérapie est un service gratuit et ne requiert aucun talent artistique. Pour plus d’information, visitez le www.fqc.qc.ca/pres-de-chez-vous afin de connaître les horaires des séances offertes dans votre région.

Réagissez à cet article