Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.

Le pouvoir de l’écoute

Beaucoup ignorent les effets secondaires des traitements contre le cancer. Pourtant certains d’entre eux restent à vie. C’est mon cas. Les effets secondaires du cancer du sein et des traitements (chimiothérapie, radiothérapie et autres…) pour le soigner m’ont enlevé en grande partie la mobilité du bras gauche. On m’avait peu parlé de cette face cachée des conséquences du cancer et de ses traitements, ce qui a rendu le choc encore plus profond pour moi.
 
Aujourd’hui ces séquelles du cancer sont particulièrement handicapantes dans mon quotidien : mon conjoint est devenu proche aidant car les déplacements sont compliqués pour moi.
Je ne peux malheureusement pas travailler. Ce qui menace nos finances personnelles.
 
Tout au long de la chimiothérapie et encore maintenant, je n’ai jamais utilisé le terme « combat » pour évoquer mon histoire avec le cancer. Car combattre au quotidien si longtemps, c’est épuisant.
 
Au contraire, avant chaque chimio, je mettais un beau petit chapeau et du rouge à lèvres. Mon rouge à lèvres « confiance ». C’était mon petit rituel. Et je me disais que recevoir de la chimio, c’est recevoir de l’amour. Car j’étais chanceuse de pouvoir être soignée, certains n’ont pas cette chance.
 
À ma deuxième chimio c’était le jour de la Saint-Valentin. Pour me donner du courage, j’ai apporté des chocolats avec moi. Je les appelais mes « chocolats bonheur ». Le but étant ainsi de créer des « petits moments de douceur » en les distribuant à d’autres patients qui comme moi recevaient des traitements. J’ai remarqué que certains patients en chimiothérapie étaient seuls et je pouvais deviner à quel point c’était difficile et à quel point ils en souffraient. Distribuer des « chocolats bonheur » était devenu l’occasion d’échanger, rire, tisser des liens.
 
J’ai appris plus tard que mon conjoint faisait de même avec d’autres patients et leurs proches. Et pour bien finir cette petite histoire, le dernier jour de mes traitements de radio, une dame est venue à son tour me donner des « chocolats bonheur ». J’étais heureuse de voir qu’une chaîne de bienveillance s’était créée et qu’elle grandissait de jour en jour. Ces moments humains me montrent comment le pouvoir de l’entraide stimule notre bonheur et celui des autres!

Pendant toute cette épreuve, je me suis mise de côté, j’étais en mode survie, je me sentais comme prise dans une tornade qui arrachait tout sur son passage. Je cherchais désespérément quelqu’un ou quelque chose pour m’accrocher, j’avais juste besoin d’un peu de temps pour respirer et retrouver mes esprits. Je me suis retrouvée à tenter de réconforter mon entourage, trouver de l’aide pour mon conjoint, chercher des sources financières pour faire face rapidement aux imprévus des frais médicaux pour les traitements, gérer le protocole de la médication, planifier les rendez-vous des traitements à tous les jours pour la radio, tout en vivant avec les effets secondaires des traitements. Je n’avais pas le temps ni l’énergie pour penser à moi.

Puis c’est devenu trop difficile et j’avais besoin de ventiler mes peurs. Je me sentais seule et je ne savais pas vers qui me tourner. C’est pour ça que j’ai eu besoin du jumelage téléphoniqueC’est grâce à ma sœur que j’ai bu bénéficier de ce service de la Fondation québécoise du cancer. Voyant que je ne bénéficiais d’aucune aide, elle a pris l’initiative de se renseigner pour me trouver des ressources.

J’ai été jumelée avec Josée au début de l’année 2019. Josée était passée à travers la même épreuve que moi et donc le simple fait de savoir qu’elle avait survécu m’a grandement aidé. Durant tous nos échanges, ses conseils étaient posés et elle ne s’est jamais imposée.

J’ai bénéficié de plusieurs autres services de la Fondation : la massothérapie, une activité de consultation vestimentaire donnée par un bénévole, le service de documentation – un vrai cadeau de Noël pour moi! – et la Ligne Info-cancer avec ses super infirmières qui font un travail génial d’écoute et de conseils.
 
Aujourd’hui, je souhaiterais devenir bénévole pour le jumelage téléphonique afin de pouvoir à mon tour aider, comme j’ai été aidée.

Réagissez à cet article