Témoignages

Laissez-vous toucher par des histoires inspirantes racontées par des personnes proches de notre fondation.
Cécile Rossignol

Donner pour prendre soin de ceux qu’on aime

Dix ans après avoir perdu mon mari en raison d’un cancer du cerveau, qui l’a emporté en trois mois, le cancer a de nouveau frappé autour de moi. En 2010, c’est ma petite-fille Isabelle qui a reçu un premier diagnostic de cancer, à seulement 35 ans.

Cette nouvelle m’a beaucoup fâchée ! C’était une situation injuste ! Jeune, toujours de bonne humeur, elle aimait les marches en nature, elle n’avait jamais fumé, elle vivait une vie très saine. Malgré ma colère, je voulais être là pour elle. Mais je ne savais pas quoi faire pour l’aider... Je n’avais pas les connaissances pour faire la bonne chose, au bon moment.

Je me suis surtout sentie impuissante lorsqu’Isabelle a dû commencer sa chimiothérapie à Montréal. À 83 ans, je ne pouvais plus conduire et je me demandais bien comment elle pourrait revenir chez elle, à Boisbriand, après ses traitements si pénibles.

Heureusement, elle a trouvé l’Hôtellerie de la Fondation québécoise du cancer, qui lui permettait de demeurer à deux pas de l’Hôpital. J’étais tellement rassurée de la savoir entourée ! Quand je la voyais les fins de semaine, elle était souriante, pas du tout abattue ou découragée. Elle me racontait combien elle avait passé une belle semaine, me parlait des gens qu’elle côtoyait à l’Hôtellerie et des activités auxquelles elle avait participé : l’art-thérapie, le bingo, les tours de ville… C’est vraiment précieux un endroit comme ça pour les personnes atteintes de cancer !

En voyant ma petite-fille si bien accompagnée, j’ai voulu appuyer la Fondation québécoise du cancer. Avant cette expérience, j’hésitais à donner aux fondations parce que je me demandais comment l’argent amassé était utilisé. Là c’était différent, je voyais concrètement à quoi mon don servait! En venant à l’Hôtellerie, j’ai vu tellement de personnes comme Isabelle qui devaient suivre leurs traitements loin de leur domicile et de leurs proches, et qui avaient besoin d’un toit à faible coût. Je ne connaissais pas cette réalité. Ça m’a vraiment ouvert les yeux!
Je suis fière d’avoir aidé la Fondation québécoise du cancer à offrir ses services si essentiels.

Je vous le dis, n’hésitez pas à donner! Vos dons auront un impact réel et concret pour des gens comme Isabelle qui luttent contre le cancer et qui ont besoin d’être soutenus au quotidien.

Mme Cécile Rossignol

En 2010 et 2011, Isabelle L. a fait trois séjours de plusieurs semaines à l’Hôtellerie de Montréal pour faire face à un cancer colorectal de stade 3 avec récidive. Elle est aujourd’hui en rémission. La Fondation québécoise du cancer lui souhaite bonne chance, et surtout, la santé !

Réagissez à cet article