Dernière mise à jour : février 2018

La peau, les cheveux et les ongles ne sont que quelques-uns des éléments physiques affectés par les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Voici une variété de petits gestes qui peuvent être posés pour mieux composer avec ces effets indésirables.

Les cheveux

Avant d’entreprendre vos traitements contre le cancer, vous pourriez opter pour une coupe de cheveux courte. Cela pourrait rendre la perte de votre chevelure un peu moins éprouvante sur le plan émotif.

Il est très important de ne pas obtenir de coloration chimique ou de permanente si vous recevez des traitements de chimiothérapie, parce qu’elles pourraient provoquer des réactions allergiques. Les colorations végétales sont toutefois tolérées.

Soignez votre cuir chevelu fragilisé par les traitements contre le cancer en utilisant un shampoing doux et un revitalisant. Il est aussi recommandé de ne pas frotter les cheveux, de les démêler avec un peigne et de les sécher à l’air libre si possible.

Une fois les cheveux tombés, ils recommenceront à pousser après un délai de trois à six mois, mais chaque cas est différent.

Les perruques

Quand se procurer une perruque?

Afin d’éviter une dépense inutile, il est préférable d’attendre la confirmation de l’oncologue sur le fait que vous perdrez vos cheveux ou non. Si vous souhaitez acheter une prothèse, prenez rendez-vous dès que possible avec un professionnel pour qu’il puisse voir votre coiffure avant la chute des cheveux. Sinon, apportez-lui une photo.

Comment choisir votre perruque?

Les perruques en matière synthétique sont moins chères, plus facile d’entretien et plus confortable à porter que celles en cheveux véritables. Comme la perte des cheveux est souvent temporaire, cette dernière est souvent préférée à la prothèse capillaire en cheveux naturels. Une prothèse à cheveux courts fait généralement plus naturelle que celle à cheveux longs et avantage mieux la plupart des femmes. Il est préférable de choisir quelque chose qui vous ressemble, évitez un changement radical et choisissez la prothèse la plus confortable possible.

Combien coûte une perruque?

En matière synthétique : entre 350 $ et 700 $
En cheveux naturels : 700 $ et plus

Où se procurer une perruque?

Des commerces spécialisés dans le domaine des prothèses capillaires ou des professionnels pourront offrir des conseils pertinents et assurer un bon ajustement de la perruque.
La Fondation québécoise du cancer offre un service de prêt de prothèse capillaire, à coût minime, à Québec et à Lévis, et le service Info-cancer (1 800 363-0063) dispose d’un bottin de ressources pour toute la province et peut vous orienter vers un endroit offrant le service, de vente ou de prêt, près de chez vous.

Quelques précautions à prendre…

  • Surtout, évitez toutes les sources de chaleur!
  • Éviter de poser la perruque sur une tête en styrène lorsque vous ne la portez pas; posez-la plutôt sur un support vendu à cet effet.
  • Une prothèse en cheveux synthétiques requiert peu d’entretien, mis à part un lavage au besoin avec un shampoing spécialement conçu pour cette fibre. Elle retrouve sa mise en plis en quelques coups de brosse.
  • Si vous avez acheté votre prothèse, vous pouvez toujours l’offrir à la Fondation québécoise du cancer lorsque vous n’en avez plus besoin pour en faire profiter quelqu’un d’autre.

Les foulards

Les foulards sont une excellente alternative si on n’a pas envie de porter une perruque. Pour les occasions spéciales, on peut les choisir très chics, y fixer de jolies broches ou les entourer de rubans. Plusieurs tutoriels sont disponibles sur le Web pour apprendre à nouer un foulard de différentes façons. À vous de choisir celle qui vous convient!

Soins de la peau

La protection solaire, été comme hiver, est indispensable puisque les traitements augmentent la sensibilité de la peau.

Une bonne hydratation régulière est aussi fortement suggérée. Les produits doux, pour peaux sensibles, hypoallergéniques et sans parfum sont recommandés. Si vous recevez des traitements de radiothérapie, il est conseillé d’obtenir l’accord de votre médecin avant d’utiliser tout produit corporel.

Trucs de maquillage

Pour améliorer votre teint, l’utilisation régulière d’un autobronzant peut être très efficace.

Composez-vous une petite trousse de maquillage avec des produits adéquats pour votre peau fragilisée : un fond de teint hydratant, un cache-cernes, un crayon à sourcils, une ombre à paupières qui vous donnera de l’éclat, un fard à joues clair pour arrondir votre visage ou foncé pour l’amincir, un rouge à lèvres ou un brillant qui vous apportera une touche de couleur.

Conseils vestimentaires

Optez pour des vêtements de couleurs! Cela peut contribuer à améliorer votre humeur. Le bleu et le vert pourraient vous apaiser, alors que le rouge, jaune ou violet peuvent donner de l’énergie.

Ressources beauté

Pour des trucs beauté, consultez le site Web de Belle et bien dans sa peau.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre






 

Articles reliés

Rencontre avec l’oncologue

On a souvent des tonnes de questions à poser à notre médecin lorsque vient le temps de le rencontrer. Le personnel infirmier de la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063) peut vous aider à vous préparer en vue de la rencontre, notamment en clarifiant et en ordonnant vos questions. Lire la suite...

Hormonothérapie pour le cancer de la prostate

Les cellules cancéreuses du cancer de la prostate sont hormonodépendantes. Cela signifie que leur croissance est influencée par la présence d’hormones masculines que sont les androgènes. Les androgènes sont des hormones responsables de l’apparition des caractéristiques physiques mâles, comme la mue de la voix et l’apparition des poils au visage et au corps à la puberté. Les principaux androgènes sont la testostérone et la dihydrotestostérone (DHT). Elles sont produites par les testicules sous l’influence de la LHRH sécrétée par l’hypothalamus. L’hormonothérapie du cancer de la prostate a pour but de bloquer l’action de ces hormones. On la nomme aussi traitement par privation androgénique ou traitement anti-androgénique ou castration chimique ou chirurgicale. Elle est principalement utilisée pour traiter les cancers de la prostate avancés, récidivants ou agressifs (dits de haut grade).

 

Objectifs de l’hormonothérapie 

  • Réduire la taille de la tumeur avant la radiothérapie (traitement néoadjuvant);
  • Augmenter l’efficacité du traitement pendant la radiothérapie;
  • Réduire le risque de progression du cancer après la radiothérapie ou la chirurgie (traitement adjuvant);
  • Soulager la douleur ou diminuer les symptômes d’un cancer avancé de la prostate (traitement palliatif).

L’oncologue évalue d’abord l’état de santé global de la personne ainsi que le type, le stade, le grade du cancer et le taux d’APS (PSA) (l’APS ou Antigène Prostate Spécifique est une enzyme produite par la prostate). Il décide ensuite si une hormonothérapie est indiquée et quelle forme elle doit prendre.

L’hormonothérapie est efficace pour ralentir la croissance du cancer de la prostate, mais ne peut le guérir. La durée de son efficacité est très variable d’une personne à l’autre. Parmi les hommes qui doivent en prendre, 70 à 85 % obtiennent une bonne réponse au traitement pendant une période qui peut varier entre 1 à plus de 10 ans.  

L’administration d’une hormonothérapie peut être continue (sans interruption) ou intermittente (par période).
 

Indications de l’hormonothérapie intermittente 

  • Retarder la résistance à l’hormonothérapie (hormono-résistance);
  • Améliorer la tolérance au traitement;
  • Cette façon d’administrer l’hormonothérapie permet de cesser le traitement après un délai variable ou dès que le taux d’APS (PSA) diminue suffisamment. Lorsque le taux d’APS remonte, l’hormonothérapie est reprise et peut à nouveau être cessée temporairement si l’APS se normalise. Cela permet, à la fois, une meilleure tolérance au traitement et une meilleure qualité de vie.

Avantages de l’hormonothérapie 

  • Sans être curatif, c’est un traitement reconnu efficace pour le cancer de la prostate.
  • Il agit sur le cancer de la prostate, peu importe où il se trouve dans le corps (métastases).
  • S’administre avec d’autres traitements afin de les rendre plus efficaces.
  • Permet de diminuer certains des symptômes du cancer de la prostate avancé.
 

Désavantages de l’hormonothérapie 

  • Peut causer des effets secondaires affectant la qualité de vie;
  • Certains effets secondaires sont permanents;
  • Son efficacité est d’une durée limitée variable selon les patients (résistance à la l’hormonothérapie).

Types de traitements

Il existe trois principaux types d’hormonothérapie pour le cancer de la prostate :

  • Les injections ou les implants pour bloquer la production de testostérone (castration chimique);
  • Les comprimés pour bloquer les effets de la testostérone;
  • La chirurgie pour enlever les testicules (castration chirurgicale).

Les types d’hormonothérapie les plus fréquemment utilisés 

  • Privation d’androgènes avec les analogues ou les antagonistes de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LHRH);
  • Les anti-androgènes;
  • La chirurgie.

Privation d’androgènes avec les analogues ou les antagonistes de l’hormone de libération de la lutéinostimuline (LHRH)

La LHRH est une hormone produite par l’hypothalamus qui est située à la base du cerveau. Cette hormone contrôle la sécrétion des hormones sexuelles. Les analogues (ou agonistes) et les antagonistes de la LHRH sont des médicaments qui agissent pour bloquer la production de la testostérone par les testicules (castration chimique) en agissant sur la production de la LHRH. La diminution du taux de testostérone ralentit la croissance des cellules cancéreuses de la prostate.
 
Les analogues de la LHRH les plus fréquemment utilisés sont :

  • Leuprolide (Lupron, Lupron Depot, Eligard);
  • Goséréline (Zoladex);
  • Triptoréline (Trelstar);
  • Buséréline (Suprefact).

Ces médicaments se donnent par injections régulières administrées en intervalles variables en fonction du médicament choisi. Ainsi, l’injection peut se faire à tous les mois, ou tous les 3, 4 ou 6 mois. Ce traitement peut se donner en continue ou de façon intermittente.

L’antagoniste de la LHRH employé pour traiter le cancer de la prostate est le dégarélix (Firmagon). On l’administre par injection une fois par mois.

Des prélèvements sanguins sont généralement prescrits pour surveiller le niveau de testostérone. Cela permet de s’assurer de l’efficacité de la suppression hormonale.

Les anti-androgènes 

Les anti-androgènes arrêtent la production des androgènes ou bloquent leur action. Ils se lient aux récepteurs d’androgènes situés sur les cellules cancéreuses de la prostate et empêchent celles-ci d’utiliser la testostérone pour croître.

Les anti-androgènes ne sont généralement pas employés seuls pour traiter le cancer de la prostate. Comme traitement principal du cancer de la prostate, ils peuvent être associés à une castration chirurgicale ou à un antagoniste de la LHRH (blocage androgénique combiné).

Ils sont aussi souvent combinés aux agonistes ou analogues de la LHRH  pendant une courte période afin d’atténuer une réaction de flambée tumorale (augmentation soudaine de la croissance du cancer), causée par ces médicaments au début de leur administration.

Les anti-androgènes peuvent être pris par voie orale sous forme de comprimés ou de liquide.

  • En traitement seul (rarement) (cancer de la prostate métastatique);
  • En traitement combiné avant de débuter les injections ou implants;
  • En traitement combiné en même temps que les injections ou implants;
  • Après la chirurgie pour enlever les testicules (castration chirurgicale).

Les types les plus courants sont :

  • Bicalutamide (Casodex);
  • Flutamide (Euflex);
  • Acétate de cyprotérone (Androcur);
  • Nilutamide (Anandron);
  • Acétate d’abiratérone (Zytiga) associé à la prednisone;
  • Enzalutamide (Xtandi).

Chirurgie 

Le traitement hormonal chirurgical pour le cancer de la prostate consiste à enlever les testicules. On l’appelle parfois castration chirurgicale. Le fait d’enlever les testicules permet de diminuer la quantité de testostérone dans le corps, ce qui réduit la progression de la plupart des cancers de la prostate.

C’est un traitement radical puisque la concentration en testostérone peut baisser de 90 à 95 %. Cette intervention se pratique en chirurgie d’un jour sous anesthésie régionale.

Deux techniques peuvent être utilisées :

  • La pulpectomie : conserve la paroi externe des testicules;
  • L’orchidectomie : tout le testicule est enlevé.

Trucs beauté quand on a le cancer

La peau, les cheveux et les ongles ne sont que quelques-uns des éléments physiques affectés par les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Voici une variété de petits gestes qui peuvent être posés pour mieux composer avec ces effets indésirables. Lire la suite...

Définition du cancer

Normalement, les cellules de l’organisme se multiplient de manière contrôlée. Elles se divisent lorsque nécessaire et meurent lorsqu’elles sont divisées un trop grand nombre de fois ou lorsqu’elles sont endommagées. Lire la suite...

Rencontre avec l’infirmière-pivot en oncologie (IPO)

L’infirmière-pivot est une personne-ressource qui accompagne la personne atteinte de cancer dès l’annonce du diagnostic et tout au long de la trajectoire de soins et de services, incluant l’ensemble des traitements.

Lire la suite...