Recevoir un diagnostic de cancer bouscule une vie et cela est encore plus vrai lorsque l’on est parent de jeunes enfants ou même d’adolescents. Vous souhaitez sûrement protéger votre enfant de cette épreuve et des bouleversements qu’elle peut provoquer.

Nous vous proposons quelques conseils pour traverser plus facilement cette étape difficile pour une famille.

L’importance de bien communiquer avec votre enfant

Vous voudrez peut-être cacher à votre enfant votre diagnostic de cancer ou votre état pour éviter de lui faire du mal. Or un enfant est plus en mesure de faire face à la maladie d’un parent si on lui donne de l’information claire et honnête. Il pourra s’adapter plus facilement aux ajustements si on l’informe et s’il s’y attend dès le début. En restant accessible et en lui permettant de discuter de la situation, vous encouragez votre enfant à exprimer ses sentiments et à poser ses questions. Une bonne communication est importante et rassurera votre enfant.

Ainsi, s’il se demande comment se dérouleront les activités quotidiennes, répondez-lui au meilleur de vos connaissances et ne lui faites pas de fausses promesses. Si vous pensez que votre état ne vous permettra pas de faire des activités avec lui, expliquez-lui honnêtement comment ça va se passer. De plus, si vous restez à la maison, votre enfant pourrait se demander s’il devra prendre soin de vous. Dans ce cas, dites-lui à quoi s’attendre et qui s’occupera de vous. Surtout, il est important de continuer à communiquer avec votre enfant, que votre état de santé change, ou qu’il reste stable.

Priorisez la vie de famille

Ne laissez pas le cancer nuire à votre vie de famille. À l’occasion, essayez d’oublier la maladie et d’en parler, afin de diminuer l’anxiété chez votre enfant. Partagez les bons moments de votre journée et invitez-le à en faire autant.

Régulièrement, votre enfant aura besoin de moments de répit. Il voudra bouger, sortir et avoir du plaisir. Vous pouvez l’aider en ce sens en lui organisant des sorties ou des activités régulières à l’extérieur de la maison. Il peut participer à une activité de groupe, loin de la famille, ou encore rendre visite à des proches ou à des amis. Vous pouvez aussi participer aux activités si vous croyez avoir assez d’énergie pour le faire. Essayez de rester disponible pour votre enfant, tant physiquement qu’affectivement. Profitez des jours de congé pour passer du temps avec lui : regarder un film, faire une promenade, jouer au parc, etc.

Encouragez l’autonomie

Encouragez l’autonomie de votre enfant en communiquant avec lui et en lui démontrant votre appréciation concernant sa façon de composer avec la situation. Vous pouvez lui donner l’occasion de faire des activités indépendamment de la famille et l’encourager à développer ses propres intérêts et à poursuivre ses activités en dehors du foyer familial.

Afin de développer son identité personnelle, votre enfant a besoin de sentir qu’il a un rôle à jouer au sein de la famille. Seulement, il pourrait ne pas savoir quoi faire ni comment s’y prendre pour aider un parent malade. Il serait intéressant de lui confier une tâche ou un travail adapté à son âge et à ses intérêts afin de le faire participer. Ainsi, il peut vous lire une histoire, regarder la télévision avec vous, s’occuper d’une commission ou d’une tâche ménagère, etc. N’hésitez pas à le complimenter, à le féliciter ou le remercier lorsque vous remarquez qu’il vous aide dans la maison, que ce soit de sa propre initiative ou non.

Pour en savoir plus sur la façon d’interagir avec son enfant pendant la maladie, consultez notre collection d’ouvrages sur les enfants, accessible à partir du catalogue en ligne de la Bibliothèque Info-cancer.

Source :
  • J CORSINI, Linda et Fondation canadienne du cancer du sein, section de l’Ontario. Et mes enfants dans tout ça? : un guide pour les parents vivant avec un cancer du sein, Ottawa, Fondation canadienne du cancer du sein, section de l’Ontario, 2006, 163 p. Empruntez ce livre.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Chimiothérapie

La chimiothérapie constitue un traitement systémique, c’est-à-dire qu’elle peut atteindre toutes les parties du corps et détruire les cellules cancéreuses, même microscopiques, partout où elles se trouvent. Elle fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes dans l’organisme. Lire la suite...

Soutenir un collègue de travail atteint de cancer

Que vous côtoyiez un collègue qui vient de recevoir un diagnostic de cancer, qui continue de travailler pendant ses traitements ou qui effectue un retour au travail, vous vous demandez sûrement comment agir avec cette personne. Lire la suite...

Rencontre avec l’oncologue

On a souvent des tonnes de questions à poser à notre médecin lorsque vient le temps de le rencontrer. Le personnel infirmier de la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063) peut vous aider à vous préparer en vue de la rencontre, notamment en clarifiant et en ordonnant vos questions. Lire la suite...

Défi émotif relié au diagnostic de cancer

Le verdict est tombé : « Vous êtes atteint d’un cancer ». Réaction : « Pourquoi moi? Que va-t-il m’arriver? Comment vais-je l’annoncer?». Le mot « cancer » demeure effroyable, tabou et synonyme de mort. Il est perçu comme l’ennemi invisible, celui que l’on doit éradiquer. Il y a dans ce mot l'idée d'un mal intérieur, la croyance d’en être responsable, la conception d'une maladie incurable. Qu’en est-il?

Lire la suite...

Thérapies complémentaires aux traitements contre le cancer

Qu’il s’agisse de méthodes axées sur le corps, telles que la massothérapie, ou sur l’esprit, comme l’art-thérapie, ce sont des activités que toute personne atteinte de cancer peut intégrer, selon ses intérêts et ses besoins, dans sa vie avec la maladie. Lire la suite...