Recevoir un diagnostic de cancer bouscule une vie et cela est encore plus vrai lorsque l’on est parent de jeunes enfants ou même d’adolescents. Vous souhaitez sûrement protéger votre enfant de cette épreuve et des bouleversements qu’elle peut provoquer.

Nous vous proposons quelques conseils pour traverser plus facilement cette étape difficile pour une famille.

L’importance de bien communiquer avec votre enfant

Vous voudrez peut-être cacher à votre enfant votre diagnostic de cancer ou votre état pour éviter de lui faire du mal. Or un enfant est plus en mesure de faire face à la maladie d’un parent si on lui donne de l’information claire et honnête. Il pourra s’adapter plus facilement aux ajustements si on l’informe et s’il s’y attend dès le début. En restant accessible et en lui permettant de discuter de la situation, vous encouragez votre enfant à exprimer ses sentiments et à poser ses questions. Une bonne communication est importante et rassurera votre enfant.

Ainsi, s’il se demande comment se dérouleront les activités quotidiennes, répondez-lui au meilleur de vos connaissances et ne lui faites pas de fausses promesses. Si vous pensez que votre état ne vous permettra pas de faire des activités avec lui, expliquez-lui honnêtement comment ça va se passer. De plus, si vous restez à la maison, votre enfant pourrait se demander s’il devra prendre soin de vous. Dans ce cas, dites-lui à quoi s’attendre et qui s’occupera de vous. Surtout, il est important de continuer à communiquer avec votre enfant, que votre état de santé change, ou qu’il reste stable.

Priorisez la vie de famille

Ne laissez pas le cancer nuire à votre vie de famille. À l’occasion, essayez d’oublier la maladie et d’en parler, afin de diminuer l’anxiété chez votre enfant. Partagez les bons moments de votre journée et invitez-le à en faire autant.

Régulièrement, votre enfant aura besoin de moments de répit. Il voudra bouger, sortir et avoir du plaisir. Vous pouvez l’aider en ce sens en lui organisant des sorties ou des activités régulières à l’extérieur de la maison. Il peut participer à une activité de groupe, loin de la famille, ou encore rendre visite à des proches ou à des amis. Vous pouvez aussi participer aux activités si vous croyez avoir assez d’énergie pour le faire. Essayez de rester disponible pour votre enfant, tant physiquement qu’affectivement. Profitez des jours de congé pour passer du temps avec lui : regarder un film, faire une promenade, jouer au parc, etc.

Encouragez l’autonomie

Encouragez l’autonomie de votre enfant en communiquant avec lui et en lui démontrant votre appréciation concernant sa façon de composer avec la situation. Vous pouvez lui donner l’occasion de faire des activités indépendamment de la famille et l’encourager à développer ses propres intérêts et à poursuivre ses activités en dehors du foyer familial.

Afin de développer son identité personnelle, votre enfant a besoin de sentir qu’il a un rôle à jouer au sein de la famille. Seulement, il pourrait ne pas savoir quoi faire ni comment s’y prendre pour aider un parent malade. Il serait intéressant de lui confier une tâche ou un travail adapté à son âge et à ses intérêts afin de le faire participer. Ainsi, il peut vous lire une histoire, regarder la télévision avec vous, s’occuper d’une commission ou d’une tâche ménagère, etc. N’hésitez pas à le complimenter, à le féliciter ou le remercier lorsque vous remarquez qu’il vous aide dans la maison, que ce soit de sa propre initiative ou non.

Pour en savoir plus sur la façon d’interagir avec son enfant pendant la maladie, consultez notre collection d’ouvrages sur les enfants, accessible à partir du catalogue en ligne de la Bibliothèque Info-cancer.

Source :
  • J CORSINI, Linda et Fondation canadienne du cancer du sein, section de l’Ontario. Et mes enfants dans tout ça? : un guide pour les parents vivant avec un cancer du sein, Ottawa, Fondation canadienne du cancer du sein, section de l’Ontario, 2006, 163 p. Empruntez ce livre.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Prendre soin de soi quand on est proche aidant

Lorsqu’on est un proche aidant, il est facile de s'oublier pour s’occuper exclusivement de la personne malade. On s'inquiète de la santé de l'autre sans penser qu'on doit aussi faire attention à la sienne. Vous cumulez plusieurs tâches et responsabilités personnelles, familiales et professionnelles en plus de celles du malade. Lire la suite...

Radiothérapie

La radiothérapie est l’utilisation de rayons X, de rayons gamma, d’électrons et d’autres formes de radiations de haute énergie. Le traitement, totalement indolore, ne dure pas longtemps, soit d’une à cinq minutes. En fait, l’attente et les préparatifs prennent souvent plus de temps que le traitement lui-même, soit environ 10 à 15 minutes. Lire la suite...

Habitudes de vie

Il n’est pas nécessaire d’avoir été actif physiquement avant le diagnostic de cancer pour commencer à bouger. Il ne suffit que de quelques minutes d’exercice physique par jour pour profiter de nombreux bienfaits : augmentation du niveau d’énergie, meilleure gestion du stress et de l’anxiété, réduction de la fatigue, atténuation de certains effets secondaires, etc. Lire la suite...

Prévention du cancer

Même si le cancer est une maladie dont plusieurs aspects demeurent encore mystérieux, il est possible d’adopter des habitudes de vie qui vous permettront de le prévenir. Vous pouvez donc avoir un impact positif sur votre santé et réduire certains facteurs de risques. Lire la suite...

Concilier travail et accompagnement d'un proche

Concilier votre travail et votre rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de cancer peut s’avérer difficile. Vous devez parfois réduire vos heures de travail ou même quitter votre emploi pour vous consacrer à temps plein à la personne touchée par la maladie. Lire la suite...