Le verdict est tombé : « Vous êtes atteint d’un cancer ». Réaction : « Pourquoi moi? Que va-t-il m’arriver? Comment vais-je l’annoncer?». Le mot « cancer » demeure effroyable, tabou et synonyme de mort. Il est perçu comme l’ennemi invisible, celui que l’on doit éradiquer. Il y a dans ce mot l'idée d'un mal intérieur, la croyance d’en être responsable, la conception d'une maladie incurable. Qu’en est-il?

Le cancer? Non, les cancers. Il existe plus d’une centaine de types de cancer, chacun ayant ses particularités, son évolution et sa réceptivité aux traitements. Aussi, malgré sa complexité il est possible de vivre avec le cancer, grâce aux avancées thérapeutiques. 

Or, vivre avec le cancer est un défi émotif. Tout au long du parcours en oncologie (annonce du diagnostic, investigation, traitements, effets secondaires, suivi médical), des émotions variées et intenses sont tout à fait attendues et adaptées.

Le défi émotif relié au diagnostic de cancer résulte principalement de la complexité de la maladie et du stress psychologique associé (C-I-N-É) : la perte de contrôle du corps, l’imprévisibilité dans le succès des traitements, la nouveauté de l’univers médical et l’égo menacé par les changements engendrés par la maladie (socio-économiques, relationnels, physiques, etc.).

Composer avec le défi émotif

Chacun a sa façon de composer avec le défi émotif de vivre avec le cancer. Que ce soit pour la personne touchée ou son entourage, une façon de s’adapter est d’identifier la source du stress psychologique parmi les quatre thèmes du C-I-N-É. Puis, dans la mesure du possible, de trouver une façon de l’apaiser.

Une stratégie efficace est de s’informer auprès de son médecin afin de bien comprendre la situation, de bien saisir chaque étape et de participer au choix de traitement. Une autre stratégie consiste en l’idée de cultiver la vie, en se permettant des petits projets, des plaisirs, seul ou avec l’entourage. Ces deux actions permettront d’augmenter votre perception de contrôle et de diminuer l’intensité du stress psychologique associé au cancer.


Toutefois, il faut rester vigilant : les émotions se doivent d’être régulatrices du stress psychologique et non envahissantes et destructrices. Il est également possible que les émotions soient exacerbées par les changements neurophysiologiques secondaires aux traitements oncologiques. Il est primordial d’en parler et de s’informer.

En conclusion, le cancer étant une maladie complexe, il est utopique de se demander d’éradiquer le stress et les émotions qui y sont associées. Toutefois, il demeure possible de composer avec l’incertitude… et de cultiver la vie!

Appelez à la Ligne Info-cancer au 1 800 363-0063 pour discuter de vos préoccupations, identifier la source de votre stress, recevoir des conseils, trouver des ressources, etc.

 

Source :

Dre Marika Audet-Lapointe
Neuropsychologue et psychologue en oncologie
Clinique d’onco-psychologie de PSYmedicis

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Gérer les effets secondaires du cancer et des traitements

Les traitements contre le cancer occasionnent souvent des effets secondaires, qui se manifestent sous forme de symptômes, de malaises ou d’inconforts physiques, et même d’inconforts psychologiques. Généralement passagers, ils varient en fonction du traitement reçu et de la sensibilité particulière à chaque personne. Lire la suite...

Défi émotif relié au diagnostic de cancer

Le verdict est tombé : « Vous êtes atteint d’un cancer ». Réaction : « Pourquoi moi? Que va-t-il m’arriver? Comment vais-je l’annoncer?». Le mot « cancer » demeure effroyable, tabou et synonyme de mort. Il est perçu comme l’ennemi invisible, celui que l’on doit éradiquer. Il y a dans ce mot l'idée d'un mal intérieur, la croyance d’en être responsable, la conception d'une maladie incurable. Qu’en est-il?

Lire la suite...

Rencontre avec le travailleur social en oncologie

Le rôle du travailleur social en oncologie est d’aider la personne atteinte de cancer et ses proches à faire face aux difficultés d’adaptation liées à la maladie et à ses conséquences au plan psychosocial.

Lire la suite...

Concilier travail et accompagnement d'un proche

Concilier votre travail et votre rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de cancer peut s’avérer difficile. Vous devez parfois réduire vos heures de travail ou même quitter votre emploi pour vous consacrer à temps plein à la personne touchée par la maladie. Lire la suite...

Soutenir un collègue de travail atteint de cancer

Que vous côtoyiez un collègue qui vient de recevoir un diagnostic de cancer, qui continue de travailler pendant ses traitements ou qui effectue un retour au travail, vous vous demandez sûrement comment agir avec cette personne. Lire la suite...