Qu’est-ce que la chimiothérapie?

La chimiothérapie constitue un traitement systémique, c’est-à-dire qu’elle peut atteindre toutes les parties du corps et détruire les cellules cancéreuses, même microscopiques, partout où elles se trouvent. Elle fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes dans l’organisme. Elle tente ainsi d’inhiber la croissance de la maladie et d’obtenir une régression de la tumeur cancéreuse qui peut se traduire par une rémission partielle de quelques mois à plusieurs années. Plus du tiers des personnes atteintes de cancer peuvent maintenant bénéficier d’une rémission complète et d’une guérison éventuelle de leur maladie.

Le traitement par chimiothérapie peut être administré seul ou en combinaison avec la chirurgie et la radiothérapie, et peut répondre à différents objectifs :
  • Améliorer les chances de survie obtenues par la chirurgie ou par la radiothérapie seule
  • Freiner la progression de la maladie et en atténuer les effets sans toutefois réussir à éliminer complètement la maladie
  • Guérir certains cancers comme le choriocarcinome et les tumeurs testiculaires, même s’il y a présence de métastases

Comment ça marche?

Les médicaments utilisés en chimiothérapie sont appelés des agents antinéoplasiques.

Selon leurs propriétés anticancéreuses, ils se divisent en plusieurs classes, dont les plus importantes sont :
  • les alcoylants, qui provoquent une lésion biochimique dans l’ADN du noyau et altèrent ainsi la cellule cancéreuse
  • les antibiotiques, qui entravent aussi la multiplication cellulaire
  • les antimétabolites, qui trompent la cellule en imitant ses substances indispensables à la division et à la survie des cellules
  • les antimitotiques, qui bloquent notamment la division de la cellule-mère en deux cellules-filles
Dans certains cas, une combinaison de deux, trois ou même quatre médicaments donnés simultanément ou à des intervalles prédéterminés est plus efficace pour empêcher la multiplication des cellules cancéreuses que l’administration régulière d’un seul médicament. Ce protocole thérapeutique est déterminé par différents facteurs dont le type de cancer et son évolution biologique, le stade de la maladie, l’état de santé général du patient, etc. Ces facteurs diffèrent d’une personne à l’autre et peuvent se modifier au cours du traitement. Le médecin spécialiste saura choisir le ou les médicaments appropriés afin de minimiser les effets secondaires et de maximiser l’action des médicaments.

Effets secondaires de la chimiothérapie

Les médicaments n’attaquent pas uniquement les cellules cancéreuses; ils peuvent affecter toute cellule saine qui se reproduit rapidement, comme les cellules de la moelle osseuse, du tube digestif, des follicules pileux et de la reproduction. C’est pourquoi des effets secondaires se font sentir. Ces cellules saines possèdent cependant une aptitude remarquable à retrouver leur fonction normale, et les effets toxiques des médicaments sont habituellement de courte durée. Généralement, ils disparaissent à la fin du traitement.

Voici quelques effets secondaires possibles : Autres effets secondaires

Modes d’administration des médicaments en chimiothérapie

Certains médicaments, sous forme de comprimés ou de capsules, peuvent être pris à la maison. D’autres sont injectés dans une veine, une artère ou un muscle et doivent être administrés au bureau du médecin, à l’hôpital ou en consultation externe par une équipe médicale spécialisée.

Quel que soit le mode d’administration, le médicament pénètre dans la circulation sanguine pour atteindre les cellules cancéreuses. Parfois, les premières séances de chimiothérapie ont lieu à l’hôpital et les autres, à la clinique externe.

Lorsque les médicaments sont pris à la maison, il importe de respecter le protocole thérapeutique établi par l’équipe médicale. Ce protocole tient compte de l’interaction des différents agents antinéoplasiques, et la rupture de cet équilibre pourrait annuler les résultats thérapeutiques escomptés.

Il est donc essentiel de bien comprendre ce protocole et de noter sur papier : le nom des médicaments et leurs propriétés, la fréquence et l’horaire de leur administration. Il est également conseillé de se servir d’un aide-mémoire, tel qu’un agenda ou un calendrier, dans lequel chaque médicament sera identifié, par une couleur différente, par exemple, et coché au moment de son administration.

Tout manquement au protocole thérapeutique devrait être signalé le plus rapidement possible à l’équipe médicale.

Durée et modification du traitement de chimiothérapie

Puisque chaque cancer est un cas particulier, la durée d’une chimiothérapie ne peut être évaluée avec précision avant le début du traitement. Certaines thérapies dureront quelques mois, d’autres se poursuivront pendant plusieurs années. Même après l’arrêt de la chimiothérapie, le patient devra se soumettre à des examens périodiques dont le but est de dépister toute récidive du cancer.

Par des examens réguliers, l’équipe médicale évaluera l’efficacité du traitement administré. Elle vérifiera les fonctions du foie et des reins du patient, procédera à des analyses sanguines et mesurera, par des radiographies et des tomographies, la réduction de la masse tumorale. L’équipe médicale s’informera également de tout changement dans les habitudes alimentaires et le mode de vie du patient. Selon les résultats de ces examens, le programme thérapeutique sera poursuivi, modifié ou interrompu. Une modification du traitement ne signifie pas nécessairement que celui-ci est inefficace. En fait, il peut s’agir d’une mesure pour éviter le développement d’une résistance des cellules cancéreuses à un agent antinéoplasique.

Pour en savoir plus

Pour avoir de l’information plus précise sur la chimiothérapie et apprendre quelques trucs pour vous sentir mieux, consultez la brochure de la Fondation québécoise du cancer ou appelez à la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063) pour parler à une infirmière ou une documentaliste.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Rencontre avec le travailleur social en oncologie

Le rôle du travailleur social en oncologie est d’aider la personne atteinte de cancer et ses proches à faire face aux difficultés d’adaptation liées à la maladie et à ses conséquences au plan psychosocial.

Lire la suite...

Radiothérapie

La radiothérapie est l’utilisation de rayons X, de rayons gamma, d’électrons et d’autres formes de radiations de haute énergie. Le traitement, totalement indolore, ne dure pas longtemps, soit d’une à cinq minutes. En fait, l’attente et les préparatifs prennent souvent plus de temps que le traitement lui-même, soit environ 10 à 15 minutes. Lire la suite...

Prendre soin de soi quand on est proche aidant

Lorsqu’on est un proche aidant, il est facile de s'oublier pour s’occuper exclusivement de la personne malade. On s'inquiète de la santé de l'autre sans penser qu'on doit aussi faire attention à la sienne. Vous cumulez plusieurs tâches et responsabilités personnelles, familiales et professionnelles en plus de celles du malade. Lire la suite...

Retour au travail après un cancer

Après une longue période d’absence, revenir au travail peut aider la personne atteinte de cancer à retrouver le cours normal de sa vie, mais cela peut aussi s’avérer difficile. Lire la suite...

Rencontre avec l’infirmière-pivot en oncologie (IPO)

L’infirmière-pivot est une personne-ressource qui accompagne la personne atteinte de cancer dès l’annonce du diagnostic et tout au long de la trajectoire de soins et de services, incluant l’ensemble des traitements.

Lire la suite...