Le cancer

Normalement, les cellules de l’organisme se multiplient de manière contrôlée. Elles se divisent lorsque nécessaire et meurent lorsqu’elles sont divisées un trop grand nombre de fois ou lorsqu’elles sont endommagées.

Toutefois, lorsque les cellules se multiplient de façon anormale dans un tissu sain, cela mène à la formation d’une masse appelée tumeur. Il existe deux types de tumeurs, les bénignes et les malignes ou cancéreuses.

C’est l’oncologie, une discipline médicale, qui étudie ces tumeurs. Pour traiter les patients atteints de cancer, les médecins doivent suivre une formation spécialisée en oncologie. Le rôle de l’oncologue consiste à poser un diagnostic, à proposer le traitement approprié (chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapies, médicaments ciblés et immunothérapie) et à faire les suivis concernant l’évolution de la maladie.

Tumeur bénigne

La tumeur bénigne n’est pas cancéreuse. Elle a tendance à se développer lentement et à rester au même endroit en comprimant les tissus voisins, sans se propager vers d’autres parties du corps. Il est rare qu’elle menace la vie de la personne atteinte et il suffit de la retirer pour guérir sans risque de récidive.

Tumeur maligne ou cancéreuse

Les cellules de la tumeur cancéreuse ont la capacité de se propager vers d’autres tissus, en passant dans le sang ou les vaisseaux lymphatiques, pour former de nouvelles tumeurs appelées métastases. Les tumeurs malignes sont mal délimitées et peuvent atteindre un volume très important. Par conséquent, elles sont plus difficiles à enlever que les tumeurs bénignes et le risque de récidive est beaucoup plus élevé.

Comment détecter une tumeur cancéreuse?

Le but du dépistage est d’essayer de détecter un cancer avant même que des symptômes tangibles n’apparaissent. Plus la tumeur est détectée tôt, plus le traitement sera efficace.

Il existe plusieurs tests de dépistage comme la mammographie pour le cancer du sein, la recherche de sang dans les selles pour le cancer du côlon-rectum ou le frottis utérin pour le cancer du col de l’utérus. Cependant, le seul moyen de diagnostiquer avec certitude une tumeur cancéreuse est d’effectuer une biopsie et d’analyser le prélèvement pour détecter la présence de cellules cancéreuses.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Prévention du cancer

Même si le cancer est une maladie dont plusieurs aspects demeurent encore mystérieux, il est possible d’adopter des habitudes de vie qui vous permettront de le prévenir. Vous pouvez donc avoir un impact positif sur votre santé et réduire certains facteurs de risques. Lire la suite...

Définition du cancer

Normalement, les cellules de l’organisme se multiplient de manière contrôlée. Elles se divisent lorsque nécessaire et meurent lorsqu’elles sont divisées un trop grand nombre de fois ou lorsqu’elles sont endommagées. Lire la suite...

Soutenir un jeune adulte atteint de cancer

La maladie arrive dans une période déterminante pour les jeunes adultes. Ils sont en quête d’identité, d’autonomie, en pleine découverte des relations intimes, alors qu’ils vivent de nombreuses transformations physiologiques et psychologiques. Lire la suite...

Chimiothérapie

La chimiothérapie constitue un traitement systémique, c’est-à-dire qu’elle peut atteindre toutes les parties du corps et détruire les cellules cancéreuses, même microscopiques, partout où elles se trouvent. Elle fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes dans l’organisme. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...