L’examen anatomo-pathologique

Il s'agit d'une étape essentielle au diagnostic de cancer. Cela correspond à l'examen au microscope d'un prélèvement de la tumeur cancéreuse obtenue par une biopsie. Cela permet de confirmer la malignité de la lésion et de préciser le type et le grade du cancer.

Grade du cancer

Le grade d'une tumeur est établi sur plusieurs critères microscopiques dans l'examen de la cellule cancéreuse dont la différenciation.

La ressemblance des cellules cancéreuses avec son tissu d'origine est plus ou moins fidèle.  Ce niveau de ressemblance définit la différenciation qui intervient dans la détermination du grade de la tumeur.

Un cancer est dit "bien différencié" si la ressemblance est très proche du tissu d'origine et à l'inverse, "peu différencié" ou "indifférencié", si son aspect est très différent.

En général, plus le grade de la tumeur est élevé, plus son développement est rapide. Plus le grade est bas, plus l'évolution est lente et locale.

Pour plusieurs cancers, le grade est quantifié de 1 à 3. Pour d'autres, il peut l'être de 1 à 4 ou de 1 à 5 et correspond au degré de différenciation cellulaire.
  • Plus la différenciation est basse, plus le grade est bas.
  • Plus la différenciation est haute, plus le grade est haut.
  • Il peut arriver qu'une tumeur volumineuse contienne des cellules de différents grades.

Classification histologique

Il existe plusieurs types de cancers, qui sont déterminés en fonction de l'histologie, autrement dit la nature du tissu dans lequel ils se développent.

Voici un tableau qui illustre bien les différents types de cancer selon le tissu dont ils sont originaires :
 
Principaux types de cancers Tissu d'origine de la tumeur Fréquence (estimation) Localisations
Adénocarcinome Épithélium (tissu de recouvrement des glandes) 85 % de tous les cancers Sein, foie, rein, prostate, ovaire, thyroïde, colon, estomac, glandes salivaires, poumon...
Carcinome épidermoïde Épithélium malpighien (peau, muqueuses, épiderme) 85 % de tous les cancers Peau, voies digestives, poumon, sphère ORL (larynx, pharynx, cavité buccale), col utérin...
Sarcome Tissu de soutien ou musculo-squelettique (os, muscles, tissu conjonctif ou graisseux...) 2 % de tous les cancers Os, cartilage, tissu graisseux, vaisseaux...
Lymphome de Hodgkin Lymphocytes B ou T, cancer caractérisé par la présence de grosses cellules atypiques 5 à 7 % de tous les cancers Ganglions, rate
Lymphome non-Hodgkinien Lymphocytes B ou T 5 à 7 % de tous les cancers Ganglions, voies digestives, peau, cerveau, os, organes génitaux, poumon...
Leucémie Cellules de la moelle osseuse (blastes) 4 % de tous les cancer Sang
Myélome Cellules de la moelle osseuse (plasmocytes) 4 % de tous les cancer Moelle osseuse

Parfois, les cancers sont simplement nommés selon l’emplacement dans le corps où ils ont pris naissance. Par exemple : cancer du sein ou de la prostate.

La plupart des tumeurs bénignes et certaines tumeurs malignes ont le suffixe « ome » à la fin de leur nom.

Lorsqu’une tumeur maligne porte le même nom qu’une tumeur bénigne, on ajoute le mot carcinome ou sarcome à la fin du nom pour spécifier qu’il s’agit d’un cancer.

Il y a des exceptions : le lymphome et le mélanome sont toujours des cancers et souvent on ajoute le mot « malin » à leur appellation.

Le bilan d'extension

Le bilan d'extension d'une tumeur cancéreuse consiste à déterminer, au moyen d'examens diagnostiques cliniques et complémentaires, le stade de la maladie. Il a pour objectif de détecter la présence de métastases visibles.

Outre l'examen clinique qui est essentiel, le bilan d'extension s'appuie sur des examens complémentaires tels que l'imagerie médicale, la médecine nucléaire et les analyses sanguines, entre autres.

Au terme du bilan, le médecin a une description précise de la maladie qui lui permet de la classer dans un système de classification clinique.

Qu'est-ce que le TNM?

Le TNM est un système de classification des tumeurs cancéreuses solides de l'Union internationale contre le cancer (UICC). C'est le système de classification le plus fréquemment utilisé en oncologie. L'utilisation de ce type de classification permet aux médecins d'avoir un langage universel pour décrire le cancer.

T pour tumeur
N pour ganglion (nodes en anglais)
M pour métastases

La tumeur primitive est définie en fonction de sa taille et de son extension aux tissus avoisinants et est classée de T0 à T4.

Les ganglions sont classés en fonction de leur nombre, de la taille et de leur extension locale. Ils sont classés de N0 à N3.

Les métastases sont classées en fonction de leur absence ou de leur présence et se classent de M0 à M1.

Des lettres ABC peuvent être ajoutées aux chiffres pour donner plus de précision de l'étendue de la tumeur. Exemple : T1aN0M0

Certaines tumeurs peuvent être classées Tis qui signifie « in situ ».  Ces tumeurs sont à leur premier stade de développement, avant qu’elles deviennent invasives.

Bien que la classification de base reste la même, chaque type de tumeur cancéreuse solide possède son propre système de classification TNM.

En fonction de l'histoire naturelle de certains types de cancers, il existe d'autres systèmes de classification qui viennent préciser davantage le stade. Il en existe, entre autres, pour classifier le mélanome, les cancers gynécologiques, les cancers hématologiques et les cancers colorectaux.

Qu'est-ce que le stade?

Le stade représente le degré de dissémination d'un cancer donné.

Il y a 4 stades qui globalement s’appuient sur le TNM et que l’on peut décrire ainsi :
  • Le stade 1 qui correspond à une tumeur unique et de petite taille (ex: T1N0M0)
  • Le stade 2 qui correspond à un volume local plus important (ex.: T2N0M0)
  • Le stade 3 qui correspond à un envahissement des ganglions lymphatiques et/ou des tissus avoisinants (ex: T1N1M0 ou T3N0M0)
  • Le stade 4 qui correspond à une extension plus large et/ou une dissémination dans l'organisme sous forme de métastases (ex: T2N1M1 ou T4N0M0) 
Avec l'identification du type et du grade de la tumeur cancéreuse, le reste du bilan d'extension permet de définir le pronostic de la maladie et le plan de traitement.

Le pronostic

Un pronostic est l’acte par lequel le médecin évalue au meilleur de ses connaissances comment le cancer affectera une personne. Les statistiques de survie constituent l'un des outils que les médecins peuvent employer pour les aider à déterminer le pronostic d'une personne atteinte de cancer.

Le pronostic  est basé sur l’évolution habituelle de la maladie. Il vous fournit une indication, mais il ne constitue pas un verdict. Chaque personne est différente. Si vous êtes atteint d’un cancer,  nous vous recommandons de discuter de votre pronostic avec votre médecin. 

Le pronostic dépend de nombreux facteurs, entres autres :

  • les antécédents médicaux de la personne
  • le type de cancer
  • le stade du cancer
  • les caractéristiques du cancer
  • les traitements choisis
  • ​la réaction au traitement 

​Seul le médecin qui connaît bien ces facteurs peut examiner toutes ces données de concert avec les statistiques de survie pour en arriver à un pronostic. Le médecin est la personne la plus apte à répondre à des questions sur les possibilités d'avenir que peut envisager une personne atteinte de cancer.

Pour en savoir plus, appelez notre Ligne Info-cancer : 1 800 363-0063.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

 

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Trucs beauté quand on a le cancer

La peau, les cheveux et les ongles ne sont que quelques-uns des éléments physiques affectés par les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Voici une variété de petits gestes qui peuvent être posés pour mieux composer avec ces effets indésirables. Lire la suite...

Suivi médical

Plusieurs variantes influencent les suivis qui seront effectués une fois les traitements terminés. Lire la suite...

Chimiothérapie

La chimiothérapie constitue un traitement systémique, c’est-à-dire qu’elle peut atteindre toutes les parties du corps et détruire les cellules cancéreuses, même microscopiques, partout où elles se trouvent. Elle fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes dans l’organisme. Lire la suite...

Habitudes de vie

Il n’est pas nécessaire d’avoir été actif physiquement avant le diagnostic de cancer pour commencer à bouger. Il ne suffit que de quelques minutes d’exercice physique par jour pour profiter de nombreux bienfaits : augmentation du niveau d’énergie, meilleure gestion du stress et de l’anxiété, réduction de la fatigue, atténuation de certains effets secondaires, etc. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...