Dernière mise à jour : février 2018

Selon la Direction de la lutte contre le cancer (2008), l’infirmière-pivot est une personne-ressource qui accompagne la personne atteinte de cancer dès l’annonce du diagnostic et tout au long de la trajectoire de soins et de services, incluant l’ensemble des traitements.

C’est avec elle que le patient doit communiquer en premier s’il a des questions ou des préoccupations entre ses rendez-vous. L’infirmière-pivot le dirigera vers d’autres membres de l’équipe de soins ou des ressources extérieures au besoin.

Pour en savoir plus :

  • L’infirmière-pivot évalue les ressources et les besoins de santé du patient, ainsi que celle de leurs proches si nécessaire;
  • Elle les informe sur les différents aspects de la maladie, sur les traitements et ses conséquences, et sur le suivi à court, moyen et long terme;
  • Elle guide la personne atteinte dans l'organisation des soins et des services offerts, la dirige vers d'autres professionnels de la santé ou vers une ressource communautaire qui pourrait mieux répondre à ses besoins;
  • Elle apporte du soutien à la personne atteinte et à ses proches;
  • Elle assure la coordination et la continuité des soins entre tous les intervenants.

Avant la rencontre

  • Préparer ses questions et les écrire à l’avance si possible. Voir des exemples de questions ci-dessous.
  • Apporter la liste des médicaments que l’on prend et son carnet de santé « Passeport en oncologie » (disponible seulement en ligne; cliquez ici pour vous le procurer).
  • Demander à quelqu’un de nous accompagner et lui demander de prendre des notes.
  • Communiquer au besoin avec les services Info-cancer pour aider à préparer la rencontre.

Pendant la rencontre :

  • S’assurer de bien comprendre quand, comment et pourquoi communiquer avec l’infirmière-pivot.

Après la rencontre

  • Écrire les renseignements utiles obtenus auprès de l’infirmière-pivot. 
Voici une liste de questions préparée par Brigitte Fournier et Louise Plaisance, infirmières aux services Info-cancer. Brigitte et Louise ont toutes deux œuvré de nombreuses années comme infirmières pivots à Québec.

La maladie et son traitement

  • Quand pourrai-je vous parler et pourquoi le ferais-je? Donnez-moi des exemples.
  • Pouvez-vous me rappeler le stade de la maladie? C’est quoi un T N M?
  • Pouvez-vous m’expliquer mon horaire de traitement et sa durée?
  • Pouvez-vous me décrire comment se passera ma journée à la clinique d’oncologie/ma journée de préparation préopératoire/ma préparation à la radiothérapie?
  • Comment vais-je savoir si mon cancer régresse avec le traitement?
  • Est-ce que je pourrai prendre des vacances en cours de traitement?
  • Est-ce que je pourrai garder mes petits enfants pendant le traitement?
  • Est-ce que je pourrai continuer à travailler pendant le traitement?
  • Est-ce que je peux venir seul à mon traitement? Dois-je être accompagné?
  • Est-ce que je dois m’alimenter de façon particulière pendant mon traitement?
  • À quoi dois-je m’attendre après la chirurgie?
  • Quand pourrai-je reprendre mes activités/mon travail?
  • Est-ce que j’aurai besoin d’autres traitements après?
  • Est-ce que je pourrai continuer mes activités sportives pendant mon traitement?

Les difficultés d’adaptation à la maladie (ne pas hésiter à parler de ses craintes)

  • J’ai besoin de parler. Est-ce que je peux venir vous rencontrer en dehors des traitements?
  • Pourquoi le dépistage de la détresse?
  • Pourquoi l’évaluation initiale de mes besoins?

Les ressources disponibles

  • Quelles ressources sont à ma portée (exemple : soutien psychologique, transport, soutien à domicile, aide financière)?
  • Que faire si je me sens mal en dehors des heures d’ouverture de la clinique d’oncologie?
  • Qui sont les professionnels (membres) de votre équipe interdisciplinaire?
  • Quels sont les organismes communautaires à qui je peux avoir recours?
  • Avez-vous une liste de leurs services?

​Pour en savoir plus

Pour avoir plus de détails sur le rôle de l’infirmière-pivot ou obtenir de l’aide afin de préparer votre rencontre, appelez à la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063) pour parler à une infirmière ou une documentaliste.

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Prendre soin de soi quand on est proche aidant

Lorsqu’on est un proche aidant, il est facile de s'oublier pour s’occuper exclusivement de la personne malade. On s'inquiète de la santé de l'autre sans penser qu'on doit aussi faire attention à la sienne. Vous cumulez plusieurs tâches et responsabilités personnelles, familiales et professionnelles en plus de celles du malade. Lire la suite...

Autres traitements contre le cancer

Le mode de traitement utilisé, soit la radiothérapie, la chirurgie, la chimiothérapie ou l’hormonothérapie, ou toute combinaison de ces quatre sortes de traitements, dépend d’une décision concertée entre tous les spécialistes concernés par votre traitement et vous.
  Lire la suite...

Trucs beauté quand on a le cancer

La peau, les cheveux et les ongles ne sont que quelques-uns des éléments physiques affectés par les traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. Voici une variété de petits gestes qui peuvent être posés pour mieux composer avec ces effets indésirables. Lire la suite...

Radiothérapie

La radiothérapie est l’utilisation de rayons X, de rayons gamma, d’électrons et d’autres formes de radiations de haute énergie. Le traitement, totalement indolore, ne dure pas longtemps, soit d’une à cinq minutes. En fait, l’attente et les préparatifs prennent souvent plus de temps que le traitement lui-même, soit environ 10 à 15 minutes. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...