Comment soutenir un proche?

Un de vos proches est atteint de cancer et vous souhaitez le soutenir dans cette épreuve? Il n’y a pas de modèle à suivre ni de recette miracle. La réponse est en fait bien simple : soyez à l’écoute et montrez-vous disponible. Votre aide, peu importe sa forme, lui sera précieuse.

Le cancer, un mot qui fait peur

Le cancer est un mot qui fait peur, surtout lorsqu’on n’a jamais eu à y faire face. Il est donc tout à fait normal d’être mal à l’aise, de souhaiter prendre ses distances face à une personne atteinte de cancer ou de ne pas savoir quoi lui dire.

Sachez que votre proche atteint de cancer peut avoir de la difficulté à demander de l’aide et ne pas vouloir paraître vulnérable. Même si vous êtes bien intentionné, le fait de dire à quelqu’un qu’il est très brave peut l’amener à ressentir beaucoup de pression. Il pourrait croire qu’il doit absolument faire preuve d’une grande force alors qu’il n’est peut-être pas en état de le faire.

Votre soutien et votre compréhension peuvent grandement faciliter l’épreuve de la personne aux prises avec un cancer. La communication et la souplesse sont les éléments clés de l’appui dont vous pouvez témoigner.

Ce à quoi vous devez vous attendre

Votre proche aura de bonnes et de mauvaises journées et passera à travers toutes sortes d’émotions. Pour apprendre à cohabiter avec le cancer, il devra apprendre à vivre avec l’incertitude et la peur qui peuvent générer des sentiments comme la colère ou la tristesse. Cet état est tout à fait normal et fait partie du processus d’adaptation.

Par ailleurs, s’il semble optimiste et insensible au fait d’avoir le cancer, cela peut être tout simplement sa façon bien personnelle de faire face à la situation. Tant qu’il reçoit les soins médicaux requis par son état et qu’il ne renie pas la réalité, il est nécessaire de respecter sa manière d’aborder les choses.

La chose la plus importante que vous puissiez faire est de reconnaître la situation d’une manière ou d’une autre. Faites ce qui vous vient naturellement. Vous pouvez témoigner votre intérêt et votre préoccupation, exprimer de l’encouragement ou encore offrir votre soutien.

Sachez que les plus simples expressions d’inquiétude sont quelquefois les plus appréciées. Autrement dit, laissez parler votre cœur!

Pour partager vos préoccupations et poser toutes vos questions, vous pouvez aussi communiquer avec le personnel du service Info-cancer de la Fondation québécoise du cancer. Un seul numéro pour trouver réponses et réconfort : 1 800 363-0063.

À consulter en ligne : Ces mots qui blessent
Alder-Tal, Catherine.  Les mots qui blessent : comment appréhender la relation à la personne touchée par le cancer. France : Roche, 2016.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Habitudes de vie

Il n’est pas nécessaire d’avoir été actif physiquement avant le diagnostic de cancer pour commencer à bouger. Il ne suffit que de quelques minutes d’exercice physique par jour pour profiter de nombreux bienfaits : augmentation du niveau d’énergie, meilleure gestion du stress et de l’anxiété, réduction de la fatigue, atténuation de certains effets secondaires, etc. Lire la suite...

Défi émotif relié au diagnostic de cancer

Le verdict est tombé : « Vous êtes atteint d’un cancer ». Réaction : « Pourquoi moi? Que va-t-il m’arriver? Comment vais-je l’annoncer?». Le mot « cancer » demeure effroyable, tabou et synonyme de mort. Il est perçu comme l’ennemi invisible, celui que l’on doit éradiquer. Il y a dans ce mot l'idée d'un mal intérieur, la croyance d’en être responsable, la conception d'une maladie incurable. Qu’en est-il?

Lire la suite...

Thérapies complémentaires aux traitements contre le cancer

Qu’il s’agisse de méthodes axées sur le corps, telles que la massothérapie, ou sur l’esprit, comme l’art-thérapie, ce sont des activités que toute personne atteinte de cancer peut intégrer, selon ses intérêts et ses besoins, dans sa vie avec la maladie. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...

Autres traitements contre le cancer

Le mode de traitement utilisé, soit la radiothérapie, la chirurgie, la chimiothérapie ou l’hormonothérapie, ou toute combinaison de ces quatre sortes de traitements, dépend d’une décision concertée entre tous les spécialistes concernés par votre traitement et vous.
  Lire la suite...