Quoi dire, quoi faire?

Que vous côtoyiez un collègue qui vient de recevoir un diagnostic de cancer, qui continue de travailler pendant ses traitements ou qui effectue un retour au travail, vous vous demandez sûrement comment agir avec cette personne.

Pour l’aider à mieux vivre avec la maladie, adoptez une attitude empreinte de respect et de délicatesse. Soyez présent et à l’écoute. Votre collègue se sentira alors entouré et soutenu, ce qui allégera son quotidien avec le cancer.

Ce que vous devriez faire

  • Respectez le besoin de votre collègue de partager avec autrui ou encore de garder le silence.
  • Respectez les décisions de votre collègue au sujet du traitement de son cancer, même si vous n’êtes pas d’accord.
  • Incluez votre collègue dans les projets de travail courants et les activités sociales. Laissez-lui le soin de décider s’il a ou non la capacité d’y participer.
  • Écoutez sans toujours penser que vous devez répondre quelque chose. Parfois, votre collègue aura tout simplement besoin d’une oreille sympathique.
  • Veillez à ce que vos relations soient aussi normales et équilibrées que possible. Bien qu’il faille faire preuve de plus de patience et de compassion dans une telle situation, votre collègue devrait continuer de respecter vos sentiments tout comme vous le faites pour lui.
  • Vérifiez avant de faire quelque chose pour votre collègue, peu importe à quel point vous pensez que cela lui sera utile.
  • Informez votre collègue de ce qui se passe au travail.
  • Envoyez des cartes de souhaits à votre collègue et mentionnez quelques anecdotes expliquant pourquoi sa présence vous manque. Si chaque personne envoie une carte individuellement, cela pourra avoir un plus grand effet.

Ce que vous devriez éviter

  • Offrir des conseils non désirés ou porter des jugements.
  • Tenir pour acquis que votre collègue soit incapable de faire son travail. Il a besoin de penser que sa contribution est précieuse au sein de l’entreprise.
  • Avoir le sentiment que vous devez accepter ses graves crises de colère ou ses sautes d’humeur. Vous ne devez pas supporter des comportements perturbateurs du simple fait qu’une personne est malade.
  • Prendre les choses trop personnellement.
  • Avoir peur de parler de la maladie.
  • Penser que vous devez toujours parler du cancer. Votre collègue pourrait apprécier des conversations où il n’est pas question de maladie.
  • Craindre d’étreindre ou de toucher votre collègue si cela faisait partie de vos habitudes amicales avant sa maladie.
  • Adopter un ton protecteur. Évitez de demander à votre collègue comment il va en sous-entendant « Quel est l’état de ta maladie aujourd’hui? ».
  • Dire à votre collègue « Je peux imaginer comment tu dois te sentir », parce que vous ne le pouvez probablement pas.

Programme de soutien en entreprise

La Fondation québécoise du cancer offre un programme de soutien en entreprise qui permet de guider tous ceux et celles qui sont touchés par le cancer dans leur milieu de travail. N’hésitez pas à recourir à ce service gratuit qui vous permettra, ainsi qu’à vos collègues, de mieux comprendre et soutenir la personne touchée par le cancer.

Pour partager vos préoccupations et poser toutes vos questions, vous pouvez aussi communiquer avec le personnel du service Info-cancer de la Fondation québécoise du cancer. Nos documentalistes pourront également vous suggérer des lectures utiles et vous les faire parvenir gratuitement. Un seul numéro pour trouver réponses et réconfort : 1 800 363-0063.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Rencontre avec l’infirmière-pivot

L’infirmière-pivot est une personne-ressource qui accompagne la personne atteinte de cancer dès l’annonce du diagnostic et tout au long de la trajectoire de soins et de services, incluant l’ensemble des traitements.

Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...

Rencontre avec le travailleur social en oncologie

Le rôle du travailleur social en oncologie est d’aider la personne atteinte de cancer et ses proches à faire face aux difficultés d’adaptation liées à la maladie et à ses conséquences au plan psychosocial.

Lire la suite...

Faits et statistiques sur le cancer

Nous vous proposons un résumé de certains faits et statistiques sur le cancer afin de vous éclairer et de vous guider parmi tout ce que l’on peut retrouver sur le sujet. Lire la suite...

Concilier travail et accompagnement d'un proche

Concilier votre travail et votre rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de cancer peut s’avérer difficile. Vous devez parfois réduire vos heures de travail ou même quitter votre emploi pour vous consacrer à temps plein à la personne touchée par la maladie. Lire la suite...