La maladie arrive dans une période déterminante pour les jeunes adultes. Ils sont en quête d’identité, d’autonomie, en pleine découverte des relations intimes, alors qu’ils vivent de nombreuses transformations physiologiques et psychologiques.

La suspension des études pendant les traitements, les temps d’hospitalisation dans un univers où les personnes âgées sont en plus grand nombre et l’éloignement des amis sont autant de raisons qui contribuent à faire naître un profond sentiment d’isolement chez les jeunes personnes atteintes de cancer. Elles doivent désormais compter sur leur entourage et certaines personnes doivent d’ailleurs retourner vivre chez leurs parents.

En tant que proche, vous pouvez faire une différence… Trouver les mots justes, poser les bons gestes, respecter les silences… Le rôle d’accompagnant est important et nécessite d’être bien informé, car le cancer est une maladie complexe qui se vit différemment d’une personne à une autre.

Des trucs pour aider à accompagner

Il n’existe pas de mode d’emploi rapide ou infaillible, ni d’étapes simples ou faciles à suivre pour soutenir une jeune personne qui vit avec le cancer. Mais les comportements qui suivent peuvent vous aider à mieux l’accompagner, en tant qu’ami, parent ou proche.

Soyez vous-même

  • Faites preuve d’ouverture et de franchise.
  • Discutez ouvertement de la place que la personne atteintes de cancer souhaite vous accorder dans son cheminement.
  • Acceptez de parler de ses projets d’avenir (il y a une vie pendant et après le cancer).

Respectez :

  • son intimité, particulièrement lors des périodes d’hospitalisation. Malgré de bonnes intentions, certaines personnes peuvent en faire « trop »;
  • son niveau d’énergie;
  • la façon dont elle décide de vivre chaque moment;
  • vos engagements;
  • la confidentialité, c’est à elle de choisir qui doit être au courant ou non;
  • ses émotions, acceptez de la voir pleurer, sourire et rire, accueillez ses craintes et ses angoisses;
  • son besoin d’autonomie, comme vous le faites en temps normal.

Comment soutenir la personne atteinte de cancer?

  • Offrez-lui une aide concrète en lui proposant des choix, car elle ne sait pas ce qu’elle est en droit de demander. Et ne soyez pas surpris que ses besoins changent de jour en jour.
  • Entourez-la de petites attentions.
  • N’hésitez pas à lui démontrer des signes d’affection. Les contacts physiques peuvent aider à se sentir apprécié, au-delà des mots.
  • Proposez de la transporter et de l’accompagner aux traitements.
  • Rendez-lui visite chez elle ou à l’hôpital. Si c’est possible, et si elle le souhaite, dormez avec elle à l’hôpital ou en hébergement.
  • Faites la fête avec elle quand c’est possible.
  • Invitez-la à un repas de groupe.
  • Maintenez le contact (téléphone, courriel, message texte, Skype, FaceTime, etc.).
  • Aidez-la à trouver des ressources fiables : sources d’informations, organismes communautaires, groupes de soutien.
  • N’hésitez pas à vous informer : Bibliothèque Info-cancer ‒ Collection Jeunes, 1 800 363-0063.
  • Bref, faites équipe pour mieux la soutenir.

Faites preuve d’ouverture

  • Exprimez-vous lorsque vous êtes triste, quant à vos angoisses, parlez-en plutôt à des proches ou à des intervenants.
  • Assurez-vous de la comprendre le mieux possible et d’être bien compris afin d’éviter les malentendus ou les mauvaises interprétations.
  • Laissez de la place à d’autres dans le soutien à apporter.
  • Si elle revient vivre au domicile parental, discutez ouvertement des règles à établir de part et d’autre.

Trop c’est comme pas assez

Il arrive parfois que notre soutien envers le jeune adulte atteint cancer n’aide pas autant qu’on pourrait le penser. Il est important de réfléchir à la portée de nos paroles et de nos gestes qui peuvent s’avérer maladroits alors qu’ils étaient remplis de bonnes intentions.

Ces quelques exemples vous éclaireront sur certains comportements à éviter.
  • Mettre en doute l’efficacité du traitement ou exprimer votre manque de confiance en l’équipe médicale.
  • S’immiscer de quelque façon que ce soit dans les traitements ou la médication recommandés par le personnel soignant.
  • Imposer des modèles à suivre, de tenir le coup et d’être positif tout le temps.
  • Couper les liens parce que vous ne savez pas quoi dire ou quoi faire.
  • Minimiser ou nier le cancer.
  • Raconter des blagues douteuses ou des anecdotes déprimantes.

La Fondation québécoise du cancer est là pour vous…

Pour aider l’entourage du jeune adulte atteint de cancer, la Fondation québécoise du cancer a développé une brochure qui dresse un portrait général du cancer chez les 15 à 39 ans et ouvre la voie vers plusieurs services offerts en fonction des besoins de chacun.

Informez-vous sur les services offerts aux jeunes adultes atteints de cancer en composant le 1 800 363-0063.

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Autres traitements contre le cancer

Le mode de traitement utilisé, soit la radiothérapie, la chirurgie, la chimiothérapie ou l’hormonothérapie, ou toute combinaison de ces quatre sortes de traitements, dépend d’une décision concertée entre tous les spécialistes concernés par votre traitement et vous.
  Lire la suite...

Rencontre avec l’oncologue

On a souvent des tonnes de questions à poser à notre médecin lorsque vient le temps de le rencontrer. Le personnel infirmier de la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063) peut vous aider à vous préparer en vue de la rencontre, notamment en clarifiant et en ordonnant vos questions. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...

L’après-cancer : vers le retour à la vie active

Lors des traitements en oncologie, la vie est modelée autour des rendez-vous médicaux quotidiens ou hebdomadaires. Après ce tourbillon qui a duré des semaines, des mois et parfois même plus d’une année, c’est le retour au calme. Comment alors reprendre sa vie active? Lire la suite...

Suivi médical

Plusieurs variantes influencent les suivis qui seront effectués une fois les traitements terminés. Lire la suite...