Lorsqu’on est un proche aidant, il est facile de s'oublier pour s’occuper exclusivement de la personne malade. On s'inquiète de la santé de l'autre sans penser qu'on doit aussi faire attention à la sienne. Vous cumulez plusieurs tâches et responsabilités personnelles, familiales et professionnelles en plus de celles du malade.

Soyez vigilant et respectez vos limites. Ne sous-estimez pas votre souffrance et votre fatigue physique et morale. N’oubliez pas que vous devez d’abord penser à vous pour être en mesure de prendre soin de l’autre.

Nous vous proposons quelques trucs qui vous aideront à maintenir votre équilibre et votre qualité de vie.

Réservez des moments de répit pour vous

  • Réservez-vous une plage horaire qui vous est entièrement destinée dès le début de votre engagement auprès de votre proche, n’attendez pas d’être déjà épuisé. Ce sont des moments qui vous permettront de vous ressourcer et de refaire le plein d’énergie.
  • Surtout, ne voyez pas ces moments de répit comme une gâterie, mais comme une nécessité ou, si vous préférez, comme un rendez-vous important avec vous-même.
  • Organisez-vous soigneusement. Établissez un emploi du temps, tout en restant flexible. Une organisation trop rigide, qui ne tient pas compte des imprévus, peut générer plus de stress que de bénéfices.

Diminuez votre stress

  • Faites de l’exercice, suivez un cours de yoga, de mise en forme, de natation, etc.
  • Sortez prendre l’air, ne serait-ce que quelques minutes. Cela vous permettra de vous libérer l’esprit et d’évacuer les tensions.
  • Faites une sieste, prenez un bain, faites des exercices de respiration ou méditez.
  • Regardez un film, écoutez de la musique, plongez-vous dans un bon livre.
  • Faites-vous dorloter par un massothérapeute ou dans un spa.

Brisez l’isolement et entourez-vous

  • Même si vous êtes moins libre qu’avant pour vos amis, acceptez les invitations qui vous feraient du bien. Laissez vos amis prendre soin de vous et n’hésitez pas à vous confier à eux, ou à une personne de confiance.
  • Vos amis peuvent parfois avoir du mal à comprendre ce que vous vivez. Dans ce cas, tournez-vous vers les groupes d’entraide qui sont là pour vous écouter et vous conseiller.
  • La Fondation québécoise du cancer offre également un service gratuit d’accompagnement téléphonique qui vous permet de discuter avec une personne ayant vécu la même situation que vous.

Tentez d’alléger vos responsabilités

Osez demander de l’aide. Certaines personnes ne proposeront pas leur service de peur d’être rabrouées, alors que d’autres croient simplement que leur appui n’est pas nécessaire. Par conséquent, ne supposez pas que l’aide viendra spontanément à vous et prenez les devants.

Préparez-vous une liste de tâches quotidiennes pour savoir quoi demander lorsque de l’aide se présente. Par exemple : faire l’épicerie, cuisiner, faire le ménage, faire une sortie avec les enfants, accompagner la personne atteinte lors de ses rendez-vous à l’hôpital, etc.

Surtout, remerciez ceux qui vous soutiennent! En constatant le grand coup de main qu’ils vous ont donné, ils seront plus enclins à s’offrir de nouveau.

Plusieurs ressources s’offrent à vous

Il est essentiel de ne pas s’oublier dans l’accompagnement d’un proche et de trouver un équilibre entre son propre bien-être et celui de la personne atteinte. Plusieurs ressources existent pour alléger votre charge ou pour vous donner du soutien psychologique : les autres membres de votre famille, vos amis et vos voisins, le CSSS, le CLSC, les organismes communautaires et les groupes d’entraide et de soutien pour les personnes aidantes.

Pour connaître les ressources disponibles dans votre région, communiquez avec le service Info-cancer de la Fondation québécoise du cancer au 1 800 363-0063.

Sources :
  • Regroupement des aidants naturels du Québec : www.ranq.qc.ca
  • Khandjian, Sylvie, Je prends soin de mes parents : guide complet conçu au Québec. Éditions Caractère, 2011, p. 171-189, « Prendre soin de soi avant tout. » Empruntez ce livre.
  • Fauré, Christophe. Vivre ensemble la maladie d’un proche : aider l’autre et s’aider soi-même. Albin Michel, 2002, p. 131-158, « Chapitre 5 : Prendre soin de soi. » Empruntez ce livre.


Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Rencontre avec l’oncologue

On a souvent des tonnes de questions à poser à notre médecin lorsque vient le temps de le rencontrer. Le personnel infirmier de la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063) peut vous aider à vous préparer en vue de la rencontre, notamment en clarifiant et en ordonnant vos questions. Lire la suite...

Habitudes de vie

Il n’est pas nécessaire d’avoir été actif physiquement avant le diagnostic de cancer pour commencer à bouger. Il ne suffit que de quelques minutes d’exercice physique par jour pour profiter de nombreux bienfaits : augmentation du niveau d’énergie, meilleure gestion du stress et de l’anxiété, réduction de la fatigue, atténuation de certains effets secondaires, etc. Lire la suite...

Suivi médical

Plusieurs variantes influencent les suivis qui seront effectués une fois les traitements terminés. Lire la suite...

L’après-cancer : vers le retour à la vie active

Lors des traitements en oncologie, la vie est modelée autour des rendez-vous médicaux quotidiens ou hebdomadaires. Après ce tourbillon qui a duré des semaines, des mois et parfois même plus d’une année, c’est le retour au calme. Comment alors reprendre sa vie active? Lire la suite...

Concilier travail et accompagnement d'un proche

Concilier votre travail et votre rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de cancer peut s’avérer difficile. Vous devez parfois réduire vos heures de travail ou même quitter votre emploi pour vous consacrer à temps plein à la personne touchée par la maladie. Lire la suite...