Lors des traitements en oncologie, que ce soit de la chimiothérapie ou de la radiothérapie, la vie est modelée autour de ces rendez-vous médicaux quotidiens ou hebdomadaires. Le personnel médical dit quoi faire, quand le faire et où aller. Il prend en charge et rassure durant tout le processus.
 
Après ce tourbillon qui a duré des semaines, des mois et parfois même plus d’une année, c’est le retour au calme. Les personnes qui ont terminé leurs traitements ont subitement moins de suivis médicaux, de visiteurs et d’encouragements. Ce changement peut se faire en douceur, mais il peut parfois être drastique. L’entourage a souvent tendance à vouloir célébrer la fin des traitements et à souhaiter que la vie active reprenne de soi et que tout redevienne comme avant. Que cette dure période étant terminée, on oublie tout et on passe à autre chose. Que la récupération va se faire rapidement. Que l’ancienne personne active réapparaîtra spontanément.

Est-ce que cela se passe vraiment ainsi?

Réapprendre à vivre sa vie

Pour plusieurs personnes, ce n’est malheureusement pas le cas. Elles peuvent avoir le cœur à la fête, mais elles sont trop fatiguées pour la faire. Oublier des mois d’inquiétudes, de peurs et de souffrances s’avère aussi difficile. La récupération physique peut également se faire attendre.
 
Redevenir comme avant, c’est possible? Comme toute épreuve, le cancer peut laisser des traces. Les priorités peuvent changer. On peut devenir plus fort après avoir traversé ces moments difficiles et même avoir acquis une certaine sagesse. La transformation qui s’opère lentement ou drastiquement peut être déstabilisante pour l’entourage qui ne comprend pas toujours ce qui se passe. Les proches croient que tout est terminé et qu’il est temps de tourner la page, mais ce n’est peut-être pas ainsi que la personne en rémission vit cette transition.
 
La clé est de se laisser du temps. Le temps d’apprivoiser tranquillement cette nouvelle réalité. Il y a réellement un délai de réadaptation et celui-ci est variable pour chacun. On doit se réapproprier un corps qui a longtemps été traité comme étant malade et qui a subi les effets des traitements : perte de cheveux, amaigrissement, peau ternie, etc. Des impacts psychologiques peuvent aussi s’ajouter : diminution de la confiance en soi, peur de la récidive, deuil d’une ancienne vie, etc.

Maximiser son bien-être

Pour traverser cette période plus sereinement et retourner à la vie active, il faut y aller un pas à la fois, prendre soin de soi et profiter des petits plaisirs qui font du bien. La Fondation québécoise du cancer est aussi là pour ceux qui ont besoin de soutien durant cette transition. Les infirmières expérimentées en oncologie de la Ligne Info-cancer sont disponibles pour écouter, rassurer et accompagner les personnes en rémission et leurs proches. Elles peuvent donner des trucs pour reprendre la vie active, augmenter le niveau d’énergie, faciliter le retour au travail et bien plus encore. Des ressources documentaires traitant de divers sujets peuvent aussi être envoyées gratuitement par la poste ou par courriel et ce, partout au Québec. Il est également possible de discuter en toute liberté avec une personne ayant été touchée par le cancer et confrontée à la même réalité via le jumelage téléphonique. D’autres services de la Fondation, comme la kinésiologie et l’art-thérapie, sont offerts gratuitement jusqu’à un an après la fin des traitements.
 
Se faire du bien, se gâter, avoir des attentes réalistes, avoir du soutien et prendre le temps de se reconstruire sont des éléments qui permettront la reprise d’une vie active et équilibrée.


Pour plus d’information, communiquez avec le personnel Info-cancer au 1 800 363-0063.

Sources :
Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Retour au travail après un cancer

Après une longue période d’absence, revenir au travail peut aider la personne atteinte de cancer à retrouver le cours normal de sa vie, mais cela peut aussi s’avérer difficile. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...

Chimiothérapie

La chimiothérapie constitue un traitement systémique, c’est-à-dire qu’elle peut atteindre toutes les parties du corps et détruire les cellules cancéreuses, même microscopiques, partout où elles se trouvent. Elle fait appel à des médicaments qui visent à empêcher les cellules cancéreuses de se multiplier ou qui détruisent celles déjà présentes dans l’organisme. Lire la suite...

Soutenir un jeune adulte atteint de cancer

La maladie arrive dans une période déterminante pour les jeunes adultes. Ils sont en quête d’identité, d’autonomie, en pleine découverte des relations intimes, alors qu’ils vivent de nombreuses transformations physiologiques et psychologiques. Lire la suite...

Habitudes de vie

Il n’est pas nécessaire d’avoir été actif physiquement avant le diagnostic de cancer pour commencer à bouger. Il ne suffit que de quelques minutes d’exercice physique par jour pour profiter de nombreux bienfaits : augmentation du niveau d’énergie, meilleure gestion du stress et de l’anxiété, réduction de la fatigue, atténuation de certains effets secondaires, etc. Lire la suite...