​La Fondation a transformé une épreuve inquiétante en séjour rassurant. Et c’est aussi grâce à vous.  

 

Pierre et moi, on fait tout ensemble. Pour le meilleur et pour le pire. Il faut dire que même si on est de nature optimiste tous les deux, voir le cancer entrer dans sa vie, ça peut faire peur. 

Heureusement, des gens comme vous soutiennent un organisme incroyable qui aide à passer à travers cette épreuve-là. Mon chum et moi, on ne peut plus parler du cancer sans parler de la Fondation. »

 

Quand mon médecin m’a rappelée après ma mammographie, à l’été 2021, pour une échographie puis une biopsie, j’ai commencé à être plus inquiète. Ce sont ces premières semaines chargées d’incertitude qui ont été les plus difficiles. Après, une fois entré dans le parcours de soins, entre de bonnes mains, on fait confiance et on suit le cours des choses, on suit ce que j’appelle « la ligne de guérison ». J’ai été dirigée vers le CHUM à Montréal, le seul endroit où je pouvais subir l’ablation et la reconstruction mammaire par lambeau DIEP. 

Je n’ai pas de famille à Montréal, mais une amie m’avait parlé de la Fondation québécoise du cancer et de son Hôtellerie située à deux pas du CHUM. J’ai donc fait les démarches pour y résider avec mon conjoint. On est arrivés à l’Hôtellerie quelques jours avant la chirurgie pour bien s'installer.

Trois jours après l’opération, quand je suis sortie de l’hôpital, j’étais encore fragile, fiévreuse, médicamentée. On a donc passé une semaine de plus à l’Hôtellerie pour que je puisse me remettre suffisamment avant de faire les 7 heures de route pour rentrer chez nous à Rimouski. Je dois reconnaître que c’était l’endroit idéal pour une convalescence.

D’abord, le lieu est sécurisant et tout y est pensé pour que ce soit plus facile : le stationnement, le service impeccable de navette entre l’hôpital et l’Hôtellerie, la possibilité d’y prendre des repas, le fait d’avoir deux lits simples dans la même chambre nous permettant d’être ensemble mais de bien dormir… Et puis c’est tranquille et agréable; le personnel est aux petits soins et toujours de bonne humeur! L’ambiance y est joyeuse et la présence des autres résidents permet à chacun de partager ses expériences, d’exprimer ses sentiments mais aussi de se changer les idées. Et ça, c’est important dans l’acceptation de ce qui nous arrive…

Des fois, je me dis que si on avait eu de la famille ou des amis à Montréal pour nous héberger, ça n’aurait pas été pareil, on n’aurait pas été aussi « à nos aises ».
 

Avoir pu y séjourner en couple, c’est tellement appréciable. On se sentait presque comme chez nous, on continuait d’avoir une petite routine de couple, tout était fait pour qu’on puisse se concentrer sur l’essentiel et le positif. »


À l’Hôtellerie, j’ai aussi bénéficié de séances d’acupuncture et de massothérapie. Tous ces services à la fois si humains et réellement spécialisés, et la formidable possibilité, pour des gens comme nous qui n’habitent pas près des grands centres hospitaliers, de pouvoir être hébergés en toute quiétude et accueillis avec tant de chaleur, tout ça existe parce que des personnes généreuses et compréhensives comme vous continuent d’y croire et de faire des dons! Votre appui permet à la Fondation de répondre à nos besoins pour qu’on puisse de notre côté se concentrer sur la guérison.
 

En pensant à tous ceux et celles qui vont devoir faire face au cancer, Pierre et moi vous invitons aujourd’hui à faire un don à la Fondation. Votre générosité change tout pour du monde comme nous.
 
Pour votre solidarité, un grand merci!



Linda Viel et Pierre Lauzier, Rimouski