Offrez deux fois plus de réconfort


Vous aviez la cause à cœur bien avant que je devienne porte-parole pour la Fondation québécoise du cancer. Mais déjà, je peux vous affirmer à quel point le soutien de personnes comme vous me semble être le plus bel hymne que l’on puisse offrir aux personnes touchées par un cancer.

​Si je parle de votre solidarité comme d’une musique, c’est bien parce que celle-ci marque les moments importants de nos vies. Elle nous unit aux autres, elle transpose nos émotions en quelque chose de plus grand encore, et c’est ce que j’ai découvert à la Fondation en participant entre autres au Grand fou rire et à La marche du Grand défoulement : j’ai rencontré des gens extraordinaires, à la fois humbles et résilients, des bénéficiaires, des résidents, des parents de personnes en traitement, des bénévoles… Tout ce beau monde m’a profondément marquée.

La bouée de Judith

Je pense entre autres à Judith, une jeune femme de 29 ans, atteinte d’une tumeur cérébrale et qui, deux ans après avoir reçu son diagnostic, a découvert la Fondation. Chaque semaine, pendant un an, elle a participé aux ateliers d’art-thérapie avec d’autres jeunes ayant un cancer. Une expérience qu’elle qualifie de véritable « bouée de sauvetage », de transition douce qui l’a aidée à accepter sa nouvelle vie.

Pour Judith, ces rencontres restent gravées dans son cœur, comme une chanson qui nous touche et qu’on n’oubliera jamais.

Votre appui à la cause commence peut-être avec un événement bouleversant, comme ça l’a été pour Judith, pour moi et pour tant de personnes autour de nous. Mais chose certaine, dans cette histoire, l’humain en était le refrain, la mélodie.

Et parce que ça prend toute une communauté pour soutenir les personnes qui vivent de telles épreuves, notre partenaire UAP se rallie à votre générosité en doublant tous les dons reçus, à hauteur de 20 000 $. Aussi, je vous invite à profiter de cette offre dès maintenant.
 

 

Un air connu et rassurant

Avec les Fêtes qui arrivent bien plus vite qu’il n’y paraît, c’est le moment d’offrir aux personnes qui recevront un diagnostic de cancer dans les prochaines semaines, mais aussi à leurs proches, une belle vague de réconfort. Votre appui contribuera à leur procurer des services d’accompagnement et de soutien pour les aider à traverser des semaines déstabilisantes, des mois éprouvants, en ramenant dans leur quotidien de la tranquillité, de l’espoir, des réponses, de l’apaisement – une présence!  Ces rencontres restent gravées dans son cœur, comme une chanson.

Pour employer des mots à mon image, je souhaite que la Fondation devienne, dans la tête et le cœur de tous les Québécois, comme une chanson. Un air connu et rassurant que tout le monde fredonne de temps en temps et auquel chacun peut se rallier.

La musique rassemble, égaye, émeut aussi; pour plusieurs d’entre nous, elle procure espoir et réconfort dans des moments plus difficiles, tout comme le fait la Fondation pour ses bénéficiaires.

Je suis certaine que des résidents des Hôtelleries y font leur séjour « équipés » d’une liste de chansons qui leur font du bien et qui les accompagnent dans leurs traitements. Je sais aussi que certains y viennent avec leur instrument de musique et mettent ainsi un peu plus de chaleur dans le quotidien des autres résidents. Il y a aussi le partenaire de la Fondation, la chorale Croire, qui offre aux bénéficiaires de se rassembler virtuellement chaque semaine pour chanter, une activité qui a déjà fait des centaines d’adeptes! Ces moments musicaux ajoutent une note légère qui vient réellement adoucir les moments où la vie se fait moins belle…

Aujourd’hui, je vous invite à être cette chanson apaisante pour les personnes touchées par un cancer et qui devront traverser les Fêtes en compagnie de cet indésirable que personne n’avait invité au party... Faites un don à la Fondation québécoise du cancer et aidez doublement des gens de partout dans la province afin qu’ils puissent, en tout temps, se sentir compris, entourés, épaulés.

Pour votre appui, un grand, grand merci!
 

Guylaine Tanguay
Porte-parole de la Fondation québécoise du cancer