Février 2019

La Fondation québécoise du cancer a toujours été là pour prendre soin de son monde…

Comme une deuxième famille, elle a accueilli les Québécois atteints d’un cancer et leurs proches, lorsque leur lieu de traitement était trop loin de chez eux. Son personnel dévoué a répondu à l’appel, entendant les inquiétudes avec une oreille bienveillante. Et grâce à de généreux donateurs comme vous, la porte de ses centres était toujours ouverte pour offrir à plus de personnes des services et des activités toujours plus variés.

Si bien qu’au fil des années, grâce à votre appui, c’est près d’un demi-million de personnes que nous avons accompagnées, à un moment ou à un autre de la maladie.

Oui, vous avez bien lu. Un demi-million de personnes…

Nous avons de quoi être fiers. D’autant plus que la mission de la Fondation québécoise du cancer est unique au Québec : nous sommes là pour aider tous les Québécois qui font face au cancer, peu importe le type ou le stade, peu importe leur région, et peu importe leur âge.

Mais voilà. Encore 53 000 Québécois recevront un diagnostic de cancer cette année. Et pour les rejoindre, nous savons qu’il nous faut faire encore mieux. C’est pourquoi à l’aube de notre 40e anniversaire, forts de votre soutien, nous avons choisi de nous rapprocher du monde.

PLUS PRÈS DU MONDE, ça veut dire aller au-delà de nos cinq centres de services et d’hébergement, là où se trouvent les personnes qui font face au cancer. Sur les étages des centres de chimiothérapie, avec notre nouveau programme de masso-oncologie sur fauteuil. Au Musée des beaux-arts, avec notre programme d’art-thérapie pour les 15-39 ans. Et dans les régions où nous n’étions pas auparavant, grâce à de nouveaux partenariats.

PLUS PRÈS DU MONDE, ça veut aussi dire nous rapprocher des communautés culturelles, qui méconnaissent parfois nos services. Nous rapprocher des jeunes, qui ont une expérience tout autre avec le cancer. Nous rapprocher des gens qui souhaitent marcher, courir, jongler ou danser pour la cause. Et nous rapprocher des différents intervenants du milieu de la santé, qui sont les mieux placés pour référer nos services.

Mais surtout, ça veut dire être PLUS PRÈS des préoccupations quotidiennes DU MONDE. Qu’est-ce que je devrais manger pendant mes traitements? Quelle est la meilleure façon d’annoncer à mes enfants que j’ai un cancer? Ou encore, comment être là pour lui ou pour elle quand moi-même, je n’arrive pas à voir le bout?

Car en faisant tout ça, que ce soit en sortant de nos milieux traditionnels, en bonifiant nos services ou en étant plus accessibles, non seulement nous rapprocherons-nous du monde, mais nous empêcherons le cancer de prendre toute la place.

Merci d’y contribuer, en cette année anniversaire, en appuyant notre 40e campagne annuelle.


Marco Décelles
Directeur général