La Fondation québécoise du cancer est heureuse de fournir une variété de publications à la population québécoise, d’après la politique de prêt suivante.

Nombre de documents et durée de l’emprunt :

Maximum de trois documents à la fois pour une durée de 38 jours excluant le temps nécessaire à l’expédition postale.

Frais de poste : 

La Fondation québécoise du cancer assume les frais de poste pour l’expédition et le retour des documents. Veuillez retourner les documents dans l’enveloppe protectrice affranchie prévue à cet effet.

Retard : 

L’emprunteur doit contacter la bibliothèque de la Fondation québécoise du cancer s’il prévoit ne pas être en mesure de retourner le document à la date prévue afin de s’informer de la possibilité de renouveler le prêt.

Perte d’un document : 

L’emprunteur devra rembourser le coût du document plus 10 $ de frais de traitement par document perdu.

Envoi de document par télécopie : 

Maximum de 10 pages par demande. Des frais de 5 $ seront facturés.

Résidents hors Québec : 

Le service de prêt par la poste via une demande Internet est accessible aux résidents du Québec seulement. Les résidents des autres provinces désirant emprunter nos documents sont priés de communiquer avec nous par téléphone au 1 800 363-0063, du lundi au vendredi, entre 9 h et 17 h.
La Fondation offre des services et des activités variés dans ses centres régionaux pour les personnes atteintes de cancer. Nous sommes là pour vous aider à mieux vivre l’épreuve au quotidien.  

Que ce soit pour vous détendre, faire le vide, rencontrer des gens, échanger avec des personnes ou vous faire dorloter, vous trouverez l’activité qui vous convient et qui vous fera du bien.

Pré-requis :

  • Avoir reçu un diagnostic de cancer;
  • Avoir terminé les traitements depuis au moins un an;
  • Avoir des aptitudes pour l’écoute;
  • Avoir le désir d’aider, de soutenir, de transmettre de l’espoir en toute confidentialité dans le respect des différences propres à chacun, chacune;
  • Avoir une facilité à communiquer via le téléphone;
  • Avoir de la disponibilité sur une assez longue période et de façon soutenue;
  • Attentes de la Fondation québécoise du cancer;
  • Disponibilité pour une entrevue avec la coordonnatrice du jumelage téléphonique;
  • Disponibilité pour la formation et l’accompagnement personnalisé;
  • Respect des consignes et de l’éthique de l’organisme;
  • Confidentialité des échanges liés au jumelage téléphonique. 

Possédez-vous la fibre d’un écoutant ou d'une écoutante? (Vrai ou faux)

  1. Le respect des choix de vie d’une personne est une attitude favorable à l’écoute même si j’ai la certitude qu’elle se trompe.
    VRAI. Le défi de l’écoute demeure dans le respect de la personne peu importe ses choix de vie. L’écoute active consiste à se centrer sur la personne en laissant de côté nos propres préjugés ou valeurs, en faisant page blanche. Lorsque nous sommes confrontés à des idées ou des valeurs différentes des nôtres et qu’il nous est impossible de les mettre momentanément de côté, référer la personne à quelqu’un qui sera plus en mesure de répondre à ses besoins s’avère une sage initiative.
  2. Lorsque j’écoute une personne, il vaut mieux réduire au maximum les périodes de silence.
    FAUX. Les périodes de silence font partie de la communication et sont des moments privilégiés. Un silence parle beaucoup et n’arrive pas par hasard. La personne est peut-être en train de s’apprêter à dévoiler quelque chose d’important. Nous pouvons laisser sentir notre présence « je suis là! », « est-ce que ça va? », mais sans insister. Les silences sont souvent perçus ou vécus comme embarrassants. Comme aidant, être à l’aise avec les périodes de silence peut être un autre défi à relever.
  3. Plus je sympathise avec une personne lorsque je l’écoute, plus je suis en mesure de saisir son monde émotif.
    FAUX. Contrairement à l’empathie, la sympathie est une attitude intérieure par laquelle on ressent les mêmes sentiments qu'une autre personne à propos d’une même situation et ce, sans détachement. L’empathie consiste à saisir le monde de l'autre et ses sentiments, accepter l’intensité de l’émotion vécue et se mettre momentanément dans la peau de l’autre, sans toutefois être envahi par ceux-ci.
  4. Mieux je connais une personne, plus je suis en mesure de l’écouter véritablement.
    FAUX. Connaître très bien la personne ne s’avère pas être un critère pour bien l’écouter. Il suffit d’être attentif à ce qu’elle nous apporte dans le moment présent. Parfois, il peut être même plus difficile d’écouter véritablement une personne que nous connaissons bien puisqu’il y a des risques de tomber dans la subjectivité et l’émotivité.
  5. Terminer la phrase d’une personne est une bonne façon de lui faire sentir que je la comprends.
    FAUX. Cela ne respecte pas son rythme et peut briser la confiance de la personne à se dévoiler. Peut-être est-elle en train de nous révéler quelque chose d’important et en l’interrompant, elle peut se sentir bousculée.
  6. Plaindre une personne est une bonne façon de lui faire sentir que je la comprends.
    FAUX. Plaindre une personne renforce son rôle de victime et peut nuire à sa situation. Nous pouvons la supporter, l’encourager, sans la plaindre. La pitié démontre à la personne que nous ne croyons pas en ses capacités, que nous voyons sa situation sans espoir.
  7. Les femmes ont naturellement une meilleure capacité d’écoute que les hommes.
    FAUX. La tendance à croire cela est fausse car l’écoute active n’a pas de sexe, elle n’est certes pas innée! Écouter une personne qui a besoin d’aide est un art qui s’apprend. Bien que nous puissions avoir des habiletés d’écoute, nous devons les développer et ce, peu importe le sexe.
  8. Lorsque j’écoute une personne, je dois tenir compte de mes limites.
    VRAI. Il est important d’écouter et d’établir ses limites car sinon, l’épuisement nous guette et nous ne sommes pas en total respect avec soi et avec l’autre. Le respect des autres commence par le respect de soi. Par exemple, si une amie vous téléphone parce qu’elle a besoin d’être écoutée et que vous avez un rendez-vous dans une demi-heure, vous lui expliquez que vous disposez de 15 minutes pour l’écouter, au-delà de ce temps, vous ne l’écouterez pas pleinement puisque vous serez préoccupé par vos engagements.
  9. Lorsque j’écoute une personne, il est éclairant, si elle me le demande, de lui dire comment j’ai solutionné une difficulté semblable.
    FAUX. Naturellement et de bonne foi, nous sommes souvent portés à donner des conseils en pensant aider mais, ce qui est bon pour nous n’est pas nécessairement bon pour l’autre. Chaque personne a son propre potentiel et notre rôle est de favoriser chez la personne la prise de conscience de ses propres outils, d’aller puiser dans son propre bagage et dans ses expériences antérieures.
  10. Certaines personnes sont incapables de faire des choix dans leur vie, il est préférable de les conseiller avec discernement pour éviter qu’elles ne s’enfoncent davantage dans leurs problèmes.
    FAUX. Chaque personne a ses forces et son potentiel. Le rôle de la personne qui écoute est de l’aider à trouver des solutions qui lui sont propres en lui reflétant ses émotions, en reformulant ce qu’elle exprime tout en respectant son rythme. Par contre, en situation de crise suicidaire, nous devons être plus directifs et voir à ce que la personne ait toutes les ressources nécessaires.
Source :
Association des centres d'écoute téléphonique du Québec. Possédez-vous la fibre d'un écoutant(e)?

Un réseau plein de ressources pour les 15 à 39 ans atteints d'un cancer et leurs proches

De l’aide concrète

Le cancer ébranle à tous âges, mais cela est encore plus vrai pour les jeunes qui doivent apprendre à vivre avec cette maladie grave et complexe alors qu’ils sont à une période déterminante de leur vie.
 

Ne faites pas juste en parler, mais posez des gestes concrets pour faire une différence dans la vie des jeunes atteints d'un cancer », Félix Deslauriers-Hallée, décédé du cancer à l’âge de 20 ans, en 2011.

 
Ses parents, Hélène Deslauriers et Benoît Hallée, ont souhaité respecter sa volonté et se sont alors unis à la Fondation québécoise du cancer.
 
Le Programme à Félix de la Fondation a vu le jour pour fournir aux 15-39 ans et leurs proches tout ce dont ils ont besoin pour mieux traverser cette dure épreuve.
 
Grâce à ce programme, les adolescents et les jeunes adultes bénéficient de services adaptés à leurs besoins spécifiques, leur permettant ainsi d’être soutenus et desservis aussi bien que les autres groupes d’âge :
  • Services concrets
  • Soutien et entraide
  • Précautions et conseils
  • Trucs pour accompagner (de l’aide pour les proches)

Un portail dédié aux jeunes atteints d'un cancer et leurs proches

Le portail www.cancer15-39.com rassemble, dans un langage clair, de l’information pertinente sur le cancer chez les adolescents et les jeunes adultes ainsi que la liste des services et des ressources disponibles à l’échelle de la province.
 
Il offre également des outils et des conseils pratiques axés sur la réalité et les besoins des 15-39 ans atteints d'un cancer et leurs proches afin de les soutenir quotidiennement.

Brochure Quoi dire? Quoi faire? 

Consultez la brochure s’adressant aux personnes qui apprennent que quelqu’un de leur entourage, âgé de 15 à 39 ans, est atteint d'un cancer. Elle dresse un portrait général du cancer dans cette tranche d’âges et ouvre la voie vers plusieurs services offerts en fonction des besoins de chacun.

Pour qui?

Pour les entrepreneurs, gestionnaires, employés, collègues, partenaires.

Pourquoi un programme de soutien?

  • Pour savoir quoi dire et quoi faire quand le cancer frappe
  • Pour obtenir de l’aide confidentielle
  • Pour obtenir de l’information sur la maladie, les traitements, les symptômes, les effets secondaires, l’impact de la maladie sur le travail, etc.
  • Pour partager vos émotions et vos expériences
  • Pour parler à une personne ayant vécu la même situation
  • Pour vous orienter vers des ressources complémentaires
Nous sommes là pour vous! 1 800 363-0063

Services

​Services Info-cancer 

  • Des réponses et du soutien au bout du fil
  • Documentation sur tous les aspects du cancer
  • Jumelage téléphonique

Intervention d’une infirmière auprès d’un groupe de travail

Conférences :

  • La prévention et le cancer
  • Quand le cancer frappe un collègue, un proche… Quoi dire ? Quoi faire ?
  • Volet pour les chefs d’entreprises : Êtes-vous prêts si le cancer frappe ?
  • Les cancers les plus fréquents : dépistage et symptômes
  • Le cancer : impacts psychosociaux
  • Y a-t-il une vie après le cancer ?​
Pour plus d’informations, communiquez avec le service Info-cancer au 1 800 363-0063.

Miniconférences sur le cancer  

​Pour vous outiller face au cancer, des miniconférences sont aussi offertes par un membre du personnel de la Fondation québécoise du cancer afin de vous sensibiliser à la réalité du cancer et pour vous faire découvrir les ressources à votre portée lorsque le cancer touche le milieu de travail. 

Pour en savoir plus, cliquez ici.  

Brochure

Quand les mots vous manquent : Lorsque le cancer frappe au travail.

Demandez votre brochure papier au 1 800 363-0063.

Lectures suggérées

À la santé de votre retour au travail!

Grégoire, Mélanie ; Grégoire, Mylène ; Thibodeau, Annick . Un monde différent, 2009, 190 p.

Conseils et témoignages pour vous approprier de meilleures pratiques pour reprendre le contrôle de votre vie personnelle et professionnelle.
Empruntez-le gratuitement!

Le cancer pour les nuls

Morère, Jean-François ; Bouillet, Thierry ; Zelek, Laurent. Éditions First Grund, 2011, 295 p.

Les objectifs de ce livre, qui se veut généraliste, sont simples : apporter à un non-spécialiste l’ensemble des connaissances dont il a besoin pour comprendre l’essentiel de cette maladie, lui donner les bases nécessaires et l’envie de se plonger dans des ouvrages plus spécialisés. Ce livre s’adresse donc à tous ceux qui souhaitent, par simple curiosité ou par nécessité, savoir l’essentiel sur les différents types de cancer et leurs traitements. » (Extrait, page 1)
Empruntez-le gratuitement!

Approcher la personne qui souffre

​Journois, Violaine. Nouvelle Cité, 2010, 157 p.

Repères et outils pour aider à approcher celui qui souffre. On y apprend à être présent sans être englouti, à être efficace sans mettre l’autre sous emprise, à être dans une relation vraie, à accompagner l’autre, à soulager son fardeau.
​Empruntez-le gratuitement!

Vos traitements contre le cancer sont loin de chez vous?
Vous n’avez pas la capacité de vous y rendre fréquemment?
La fatigue est trop lourde pour vivre les déplacements que vos traitements nécessitent?

​La Fondation québécoise du cancer vous offre de l’hébergement abordable, confortable et sécuritaire à proximité des grands centres de radio-oncologie, grâce en partie à une contribution financière du ministère de la Santé et des Services sociaux. Nos Hôtelleries de Montréal, Gatineau, Sherbrooke et Trois-Rivières vous accueillent ainsi qu’un proche accompagnateur, et ce, pour toute la durée de vos traitements. De plus, si vous êtes âgés entre 15 et 39 ans, les Chambres à Félix – une par Hôtellerie – sont spécialement aménagées pour répondre à vos besoins. 

Que ce soit pour une nuit, quelques jours ou plusieurs semaines, nous sommes là pour vous! Les traitements contre le cancer peuvent demander de nombreux et fréquents déplacements en centre hospitalier. Ce rythme peut être très exigeant et même insupportable lorsqu’il s’ajoute aux effets secondaires liés à la maladie.

Résider à l’une des Hôtelleries de la Fondation, c’est une façon de vous simplifier la vie et de vous permettre de vous concentrer sur votre bien-être et non pas sur la logistique entourant la maladie et les traitements.
Au début, la plupart de mes patients sont angoissés à l’idée de vivre dans une autre ville et de côtoyer des gens qu’ils ne connaissent pas. Mais plus le temps passe, plus ils sont heureux de séjourner à la Fondation. Le fait d’être bien entouré et d’avoir du monde à qui parler aide grandement à traverser cette épreuve. Ils sont si bien traités qu’ils se sentent comme à la maison. Et, plus que tout, ils sont soulagés et reconnaissants d’avoir un pied-à-terre juste à côté de l’hôpital. » Dr Félix Nguyen, radio-oncologue.

Un milieu de vie accueillant et chaleureux

Notre objectif est de vous offrir tout le confort dont vous avez besoin en plus de la chaleur et de la convivialité d’un foyer. Notre réseau d’Hôtellerie comprend 130 chambres à occupation double ou simple, toutes équipées d’une salle de bain privée.

Une allocation pour vos repas est incluse lors de votre séjour à la Fondation, mais nos Hôtelleries ont des cuisines bien équipées si vous souhaitez préparer vos petits plats préférés. Vous serez aussi bien entouré par notre équipe d’employés et de bénévoles attentionnés et compatissants.

Des espaces communs pour relaxer et échanger

En plus des chambres, les Hôtelleries disposent de plusieurs aires communes qui vous permettront de vous détendre, mais aussi d’échanger avec d’autres résidants qui vivent une situation similaire à la vôtre. Tout au long de votre séjour, vous pourrez profiter de nos salles de jeux, bibliothèques, salons de télévision, salles d’exercices et de nos espaces extérieurs bien aménagés.

Des services et des activités pour tous

Sur place, de nombreuses activités sociales, communautaires et de détente sont organisées quotidiennement. Vous pourrez bénéficier de services tels que la massothérapie, l’art-thérapie et la kinésiologie.

Nous croyons qu’au-delà du cancer, la vie doit continuer et être la plus douce possible. C’est ce que nous nous efforçons de vous offrir!

Sous-catégories

Reconnus par la communauté médicale, nos programmes permettent d’adoucir le quotidien des personnes atteintes de cancer.
 
  ​
L’annonce d’un diagnostic de cancer bouleverse la vie, provoque diverses émotions et suscite de nombreuses questions. La Fondation est là pour écouter, réconforter et guider celles et ceux qui en ont besoin.
 
 

Plan du site

 

Inscrivez-vous à notre infolettre