La Fondation québécoise du cancer s’est fixé un objectif colossal de 7,1 M$ afin de soutenir tous les Québécois touchés par le cancer, car lui n’a pas pris de pause.

Aujourd’hui, les besoins des personnes atteintes de cancer sont encore plus criants. Le dépistage du cancer a chuté de 25 à 35 % avec la pandémie[1]. De plus, la crainte que les cas moins urgents d’aujourd’hui ne le deviennent est présente avec les effets du délestage. Face à cette situation, la Fondation s’engage à aider plus de personnes à travers ses différents programmes et services :

Pour les professionnels de la santé, les patients et leurs proches

Aider encore plus de Québécois touchés par le cancer

La Fondation québécoise du cancer est venue en aide à plus d’un demi-million de Québécois atteints et leurs proches déjà. « En 2022, nous désirons soutenir encore plus de Québécois sur l’ensemble du territoire, et ce d’autant plus avec le contexte actuel » déclare Marco Décelles, directeur général de la Fondation.
 
En 2021 par exemple, le taux de participation aux thérapies complémentaires a augmenté de près de 50 % : avec plus de 10 000 participations en ligne et en présentiel. En 2022, la Fondation espère les rendre plus accessibles au plus de Québécois possible, partout à travers la province.
 
Pour amasser 7,1 M$ et ainsi venir en aide aux 60 000 Québécois touchés par un cancer annuellement, la Fondation compte sur l’appui inestimable de tous. Cet objectif nous permettra de demeurer présents et accessibles, d’un bout à l’autre de la province.
 
La Fondation québécoise du cancer est le seul organisme au Québec à aider tous les Québécois qui font face au cancer, peu importe leur histoire, leur région, leur âge, leur langue ou leur type de cancer. C’est pourquoi ses services doivent perdurer.

 FAITES UN DON MAINTENANT




[1] Association médicale canadienne. Des choix difficiles sont nécessaires pour freiner la nouvelle vague de COVID-19.
[2] La Ligne Info-cancer, la bibliothèque virtuelle et le répertoire des ressources sont offerts gratuitement.


 

 

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre