En cette Journée mondiale du rire, la Fondation québécoise du cancer (FQC) lance le Grand fou rire, un événement virtuel, rassembleur, coloré et gratuit, qui sera animé par l’inimitable Rita Baga. Le 12 juin prochain, lors de la Journée internationale du mieux-être, la Fondation invite tous les Québécois à démontrer leur soutien envers les personnes atteintes de cancer en créant le plus grand fou rire collectif de l’histoire du Québec. D’ici là, le public peut « s’échauffer » en regardant les capsules humoristiques mettant en vedette Guylaine Tanguay, Bruno Pelletier, Stéphane Crête, Sylvie Moreau, Ali Nestor et Eddy King
 
Le Grand fou rire est né de l’initiative de Bernice, Rita et Martine, trois bénéficiaires des ateliers de yoga du rire offerts par la Fondation québécoise du cancer. Elles ont tellement aimé prendre part à ces ateliers qu’elles se sont dit : avec l’année difficile que l’on vit, pourquoi le Québec au grand complet ne pourrait pas aussi en bénéficier ?
 
« Il n’en fallait pas plus pour que, à leur initiative, la FQC organise la toute première édition d’un événement qui, nous l’espérons, sensibilisera le plus de Québécois possible, de partout au Québec », a mentionné Marco Décelles, directeur général de la Fondation
 

Pourquoi le yoga du rire?

« Le yoga du rire, c’est le fait de s’exercer à rire sans raison », affirme Claude Couture, qui anime les ateliers de la Fondation et qui animera la séance du 12 juin. « Le corps ne fait pas la différence entre un rire naturel et un rire forcé. Dans les deux cas, il sécrète sa DOSE d’hormones du bonheur : D pour dopamine, O pour ocytocine, S pour sérotonine, E pour endorphine. Rire, c’est donc un choix que l’on fait pour son propre bien-être, un moyen que l’on choisit pour changer son état d’esprit », poursuit-il. Et lorsqu’on traverse un cancer ou qu’on s’en remet, avoir ce rendez-vous régulier pour vivre un moment de fun à l’état pur sans se prendre au sérieux ou se poser de questions, ça fait du bien à l’âme et au corps. 
 

Des artistes et personnalités se prêtent au jeu

Dans le but de se préparer physiquement et mentalement à l’événement, c’est avec humour et sans prétention que la porte-parole de la Fondation Guylaine Tanguay, et l’ancien porte-parole, Bruno Pelletier, proposent aux futurs rieurs un échauffement des cordes vocales. Ali Nestor et Eddy King se prêteront quant à eux à un exercice de gymnastique faciale, alors que Stéphane Crête et Sylvie Moreau nous partageront leurs meilleurs rires improvisés et même absurdes. Un grand merci aux artistes et à l’animatrice Rita Baga qui ont tous accepté de lâcher leur fou bénévolement pour la Fondation québécoise du cancer.

D’ici le 12 juin, surveillez le mot-clic #legrandfourire, pour voir quels autres artistes et influenceurs embarqueront dans le mouvement !
 

Plus on sera de fous, plus on se fera du bien !

Quand on vit avec un cancer, pandémie ou pas, le rapport aux autres devient souvent complexe. Pour contrer la solitude et guider les proches qui accompagnent les personnes diagnostiquées, la Fondation québécoise du cancer offre une multitude de services, allant du jumelage téléphonique aux groupes de soutien autour d’activités variées.

Cette dernière année, la FQC considère que les personnes touchées par un cancer ont suffisamment souffert avec la pandémie, notamment avec le délestage ou les délais de vaccination. Le 12 juin prochain, elle espère rassembler et sensibiliser des milliers de Québécois à la cause, tout en prodiguant un moment de profond bien-être. Pour toutes les Bernice, Rita et Martine de ce monde, ce mouvement est une façon de leur montrer qu’elles ne sont pas seules; la province au grand complet se mobilise pour les soutenir.

Pour participer, visitez le www.legrandfourire.com. L’inscription est gratuite, mais tous les dons volontaires seront les bienvenus pour permettre à encore plus de personnes de bénéficier des services de la Fondation québécoise du cancer. L’événement se tiendra le 12 juin prochain de 11 h à 12 h, en mode virtuel, lors de la Journée mondiale du bien-être.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre