C'est avec le cœur rempli de tristesse que nous souhaitons rendre hommage à Caroline Nadeau, bénéficiaire de nos thérapies complémentaires, qui nous a quittés cet été. 

Un hommage peut nous émouvoir aux larmes, mais il contribue aussi à nous apaiser. Il nous amène à comprendre que de faire face aux pertes ne signifie pas d’oublier la personne qui nous quitte, mais de vivre avec le souvenir de ce qu’elle nous a apporté.
 

Chère Caroline,

Quelle immense tristesse nous avons tous et toutes ressentie à la Fondation et à l’atelier d’art-thérapie en apprenant ton décès survenu le 7 août, toi si lumineuse, si vivante, si attachante et que nous aimions tant. Il n’y a pas de mots assez forts pour exprimer le vide que ton départ laisse en chacun de nous. Il y a eu et il y aura encore beaucoup de larmes, mais c’est à la mesure de l’amour que nous avions tous pour toi.
 
Je me souviens de la première fois que je t’ai rencontrée en art-thérapie. Tu étais venue avec Michel, ton père et vous aviez créé côte à côte, unis par ce moment magique où la maladie laisse un répit pour permettre de vivre un doux moment d’évasion. Tu as poursuivi en art-thérapie en rejoignant le groupe des jeunes adultes et dès le premier contact, tu as charmé tout le monde.

Tu parlais du marathon dans lequel le cancer t’a plongée et tu disais : « Nous sommes des marathoniens de la vie et nous faisons tous la course ensemble ». Comme cette phrase représentait bien ce que tes amis de l’art-thérapie et toi viviez. Ensemble, vous avez plongé dans le processus art-thérapeutique, échangé des confidences, exprimé vos émotions et vous vous êtes tellement soutenus! Tu savais faire rire le groupe avec ta façon si colorée de dire les choses comme cette fois où, pour illustrer ton propos, tu as dit : « Il n’est pas le pogo le plus dégelé de la boîte ». Tu savais que le rire était un allié précieux pour chacun de vous. Nous disions souvent que tu aurais pu être humoriste. Tu avais un sens du punch inné et inouï. 
 
Ton visage s’illuminait lorsque tu parlais de ton « petit Antoine », ton fils qui était la prunelle de tes yeux. Tu avais trouvé l’amour auprès de Maxime, l’homme de ta vie. Son petit Lohan était un merveilleux compagnon de jeu pour Antoine. Tu étais fière d’avoir un frère comme Tobbi et une sœur comme Gabrielle et tu parlais toujours d'eux avec beaucoup de tendresse. Tu te trouvais choyée d’avoir des parents forts et aimants comme Michel et Carole, toujours là pour toi.

Tu as livré un témoignage inoubliable lors de notre soirée-bénéfice Cancerto en 2018 et tes amis de l’art-thérapie avaient les yeux dans l’eau en t’entendant décrire la force que vous aviez tous. Vous avez créé une murale tous ensemble pour colorer la soirée et montrer concrètement les bienfaits de l’art-thérapie pour des jeunes gens vivant des situations semblables.


Ce soir-là, ton petit Antoine t’a offert une grande performance en chantant avec Marc Hervieux! Tu étais si fière de lui!
 
 
Ma belle Caroline, tu as semé tant de joie autour de toi, tant de bonheur et de tendresse! Nous garderons toujours une image ensoleillée de toi. Tu laisses une empreinte impérissable dans nos cœurs.
 
Lucie Sarrasin, ton art-thérapeute, Laure V. et tes amies de l’atelier d’art-thérapie : Marie-Claude B., Judith L., Catherine P., Catherine R.-L., Julie A., Stéphanie C., Evelyne M.-U, Judith L., Caroline C., Mélissa H.-B.
 

Toute l'équipe de la Fondation québécoise du cancer offre ses plus sincères condoléances à son petit Antoine ainsi qu'à toute sa famille et à ses proches.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre