Suite à la récente annonce du Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, la Fondation québécoise du cancer et les autres principaux organismes œuvrant dans le domaine du cancer se réjouissent de la mise en place des guichets d’investigation en cancérologie. Chaque jour, nous constatons les effets néfastes de l’incertitude sur les proches et le patient qui s’engage dans le parcours d’investigation du cancer.
 

Souvent, nos équipes accompagnent les patients afin de les aider à naviguer dans les différentes étapes menant au diagnostic et avant la prise en charge du traitement du cancer. Nous sommes à même de constater la détresse de certains et la nécessité de les guider » met en lumière Marco Décelles, directeur général de la Fondation québécoise du cancer.

Le projet de coordination de l’investigation en cancérologie de 11,2 M$, annoncé par Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux, vise à optimiser l’accès et le suivi des patients qui s’engagent dans le parcours d’investigation du cancer. Les usagers seront ainsi suivis dès la référence en spécialité pour une suspicion de cancer jusqu’au diagnostic définitif.
 
Marco Décelles joint donc sa voix à d’autres organismes œuvrant dans le domaine du cancer (Leucan, PROCURE, la Société canadienne du cancer et la Société de recherche sur le cancer) qui contribuent chaque jour à offrir du soutien physique et psychologique aux personnes atteintes d’un cancer et à leurs proches. « La prise en charge par le centre d’investigation permettra une diminution des délais d’attente, ce qui peut faire une différence énorme dans la vie des patients en attente d’un verdict. Actuellement, les proches aidants et la personne en attente d’un diagnostic se tournent vers les organismes pour être guidés au sein du réseau de la santé et pour trouver des réponses. Une bonne relation entre les centres et le milieu communautaire sera par ailleurs très bénéfique pour le soutien des patients », rappelle Laurent Proulx, directeur général de PROCURE.
 
Les principaux organismes œuvrant en cancérologie offrent leur entière collaboration aux autorités gouvernementales afin d’assurer le succès de la mise en place de ce nouveau service. « Depuis plusieurs années déjà, nous soutenons les personnes atteintes de cancer ou en attente d’un diagnostic. Nous pourrons très certainement contribuer au succès de cette initiative. Un accès rapide et un meilleur accompagnement sont clés dans le traitement de la maladie. Il nous fera plaisir de participer à la réussite de ce projet, notamment, par le biais de notre Ligne d’aide et d’information sur le cancer », conclut David Raynaud, gestionnaire de l’équipe de Défense de l’intérêt public de la Société canadienne du cancer.
 

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre