Dernière mise à jour : février 2018

Il n’y a pas de programme de dépistage du cancer de la prostate.  Il existe cependant des tests de dépistage permettant une détection précoce.  Il s’agit du dosage de l’APS  et du toucher rectal. 

Il y a des avantages et des inconvénients à subir un test de dépistage du cancer de la prostate, et chaque individu doit faire son choix en fonction de l’importance qu’il accorde à chacun d’eux.

Selon le Collège des médecins du Québec, le dépistage ne devrait pas être proposé aux patients de plus de 70 ans, ni à ceux dont l’espérance de vie est de moins de 10 ans. Toutefois, les médecins doivent envisager le dépistage chez leurs patients âgés de 55 à 70 ans ayant une espérance de vie de plus de 10 ans, et chez ceux qui ont moins de 55 ans s’ils sont à risque. Ils doivent aussi les informer des avantages et des inconvénients du dépistage afin de leur permettre de prendre une décision éclairée.

En quoi consiste le dépistage du cancer de la prostate?

Il s’agit d’un test appelé dosage de l’antigène prostatique spécifique qui se fait par une prise de sang, et le médecin va généralement compléter le dépistage par un toucher rectal.

Il est important de savoir que ce n’est pas parce que le résultat du dépistage est normal que vous n’avez pas le cancer, tout comme ça ne signifie pas que vous en avez un s’il est anormal. Seul le résultat positif d’une biopsie confirme, sans nul doute, le diagnostic du cancer de la prostate.

Pour vous aider à prendre une décision

Même si votre médecin ne peut prendre la décision à votre place, son rôle est de vous aider à y voir plus clair, donc n’hésitez pas à lui poser des questions.

Pour vous aider à faire le bon choix, vous pouvez utiliser l'outil développé par l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa et Université d'Ottawa

La Fondation québécoise du cancer offre également un service de jumelage téléphonique qui vous permet de discuter avec un autre homme qui est déjà passé par là. Par exemple, vous pouvez parler de vos inquiétudes par rapport aux effets secondaires d’une biopsie de la prostate ou du traitement contre le cancer, ou bien demander à quelle qualité de vie vous devez vous attendre si vous recevez un diagnostic de cancer. Vous pouvez aussi poser toutes vos questions à nos infirmières qualifiées de la Ligne Info-cancer.

Pour plus d’information, appelez à la Ligne Info-cancer au 1 800 363-0063.

Source : Collège des médecins du Québec. Le dépistage du cancer de la prostate, une décision qui VOUS appartient!, Septembre 2013

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Gérer les effets secondaires du cancer et des traitements

Les traitements contre le cancer occasionnent souvent des effets secondaires, qui se manifestent sous forme de symptômes, de malaises ou d’inconforts physiques, et même d’inconforts psychologiques. Généralement passagers, ils varient en fonction du traitement reçu et de la sensibilité particulière à chaque personne. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...

Concilier travail et accompagnement d'un proche

Concilier votre travail et votre rôle de proche aidant auprès d’une personne atteinte de cancer peut s’avérer difficile. Vous devez parfois réduire vos heures de travail ou même quitter votre emploi pour vous consacrer à temps plein à la personne touchée par la maladie. Lire la suite...

Défi émotif relié au diagnostic de cancer

Le verdict est tombé : « Vous êtes atteint d’un cancer ». Réaction : « Pourquoi moi? Que va-t-il m’arriver? Comment vais-je l’annoncer?». Le mot « cancer » demeure effroyable, tabou et synonyme de mort. Il est perçu comme l’ennemi invisible, celui que l’on doit éradiquer. Il y a dans ce mot l'idée d'un mal intérieur, la croyance d’en être responsable, la conception d'une maladie incurable. Qu’en est-il?

Lire la suite...

Thérapies complémentaires aux traitements contre le cancer

Qu’il s’agisse de méthodes axées sur le corps, telles que la massothérapie, ou sur l’esprit, comme l’art-thérapie, ce sont des activités que toute personne atteinte de cancer peut intégrer, selon ses intérêts et ses besoins, dans sa vie avec la maladie. Lire la suite...