Le mode de traitement utilisé, soit la radiothérapie, la chirurgie, la chimiothérapie ou l’hormonothérapie, ou toute combinaison de ces quatre sortes de traitements, dépend d’une décision concertée entre tous les spécialistes concernés par votre traitement et vous.

Chirurgies contre le cancer

La chirurgie sert à enlever la tumeur primaire. Retrancher une portion d’un organe demeure le traitement privilégié si une petite masse tumorale est localisée dans une certaine partie d’un organe et qu’il n’y a pas de métastases distantes.

Curiethérapie

La curiethérapie est de la radiothérapie interne où l’on introduit une substance radioactive à l’intérieur d’une cavité ou directement dans la tumeur maligne. Les implants peuvent être permanents ou temporaires.

Dans la majorité des cas, la source radioactive est introduite seulement pour le temps du traitement. La majorité des implants temporaires utilisent une source radioactive de haut débit. Ceci signifie que le traitement est administré en quelques minutes. Lorsqu’un implant temporaire est utilisé, vous ne risquez pas d’irradier votre entourage après le retrait de la source.

À l’occasion, l’implant temporaire utilisera une source radioactive de bas débit. La durée de traitement est alors de plusieurs heures et vous devrez être hospitalisé pour la durée du traitement dans une chambre isolée afin de contrôler l’exposition à la radiation.

Pour les patients recevant un implant permanent, ou une injection de substance radioactive, des précautions seront à observer pour limiter les risques de radiation de votre entourage et assurer la sécurité de tous lors de votre retour à la maison. Des informations précises vous seront fournies lors de votre départ de l’hôpital.

Pour obtenir plus d'information, appelez à la Ligne Info-cancer (1 800 363-0063).

Empruntez gratuitement un ou plusieurs ouvrages sur le sujet en consultant notre répertoire.

Réagissez à cet article

Inscrivez-vous à notre infolettre







 

Articles reliés

Suivi médical

Plusieurs variantes influencent les suivis qui seront effectués une fois les traitements terminés. Lire la suite...

Dépistage du cancer

Grâce au dépistage précoce et à de meilleurs moyens d'investigation et de traitements, le taux de survie des Canadiens atteints d'un cancer est de plus de 60 %. À titre de comparaison, dans les années 40, il variait autour de 25 %. Pour certains cancers, la survie est encore plus élevée : 88 % pour le cancer du sein, 97 % pour le cancer du testicule ou 96 % pour celui de la prostate.

Lire la suite...

Habitudes de vie

Il n’est pas nécessaire d’avoir été actif physiquement avant le diagnostic de cancer pour commencer à bouger. Il ne suffit que de quelques minutes d’exercice physique par jour pour profiter de nombreux bienfaits : augmentation du niveau d’énergie, meilleure gestion du stress et de l’anxiété, réduction de la fatigue, atténuation de certains effets secondaires, etc. Lire la suite...

Soutenir un jeune adulte atteint de cancer

La maladie arrive dans une période déterminante pour les jeunes adultes. Ils sont en quête d’identité, d’autonomie, en pleine découverte des relations intimes, alors qu’ils vivent de nombreuses transformations physiologiques et psychologiques. Lire la suite...

Soutenir un collègue de travail atteint de cancer

Que vous côtoyiez un collègue qui vient de recevoir un diagnostic de cancer, qui continue de travailler pendant ses traitements ou qui effectue un retour au travail, vous vous demandez sûrement comment agir avec cette personne. Lire la suite...